Pour contacter la Rédaction Web de "Liberté" écrivez à cette adresse : redactionweb@liberte-algerie.comPour contacter la rédaction nationale (version papier)de "Liberté" écrivez à cette adresse : info@liberte-algerie.comSuivez-nous sur Twitter : @JournalLiberteDZ Suivez-nous sur Facebook:www.facebook.com/JournalLiberteOfficielChaque édition de la version papier (articles et PDF) est mise en ligne sur le site à 10h (GMT+1) et cela depuis le 05 octobre 2011
Culture Samedi, 28 Juillet 2012 09:50 Facebook Imprimer Envoyer Réagir

À l’initiative du ministère de la Culture

Taleb Rabah honoré à la salle El-Mouggar

Par : Mohamed Mouloudj

L’artiste s’est remémoré en cette soirée qui lui était consacrée et avec une voix pleine d’émotion “les années de la guerre pour l’indépendance du pays”. Un combat qu’il menait, aux côtés du FLN, en France.

La salle El-Mouggar était pleine à craquer, en cette soirée de jeudi, pour un hommage à Taleb Rabah. Plusieurs artistes, dont Kamel Hamadi, Akli Yahiatène, Mouloud Habib, Taleb Tahar, Amour Abdenour, Hacène Ahres, Smaïl Metmati, Belaïd Tagrawla et plein d’autres se sont retrouvés, le temps d’une soirée, pour rendre un vibrant hommage à l’un des pionniers de la chanson kabyle, Taleb Rabah. Sous l’égide du ministère de la Culture, plusieurs artistes de talent ont été honorés, dans le cadre d’une série d’hommage que la tutelle rend aux artistes algériens. Après, entre autres, Nouara, Seloua, Khelifi Ahmed, Blaoui El-Houari, vint le tour du grand artiste et moudjahid Taleb Rabah.
D’autres grands noms de la chanson algérienne seront honorés dans les prochains jours. Pour la soirée, une pléiade de jeunes artistes est conviée pour interpréter les chansons phares de Taleb Rabah. On y cite Taleb Tahar, Taleb Kader, Kenza, Rachid Kouceila, Nouria, sous la direction de Salem Kerrouche. Les centaines d’invités ont été émerveillés par l’interprétation de quelques- unes des chansons de Dda Rabah.
À l’image d’“Iffuk Zit di lmesbah” (point d’huile dans la lampe), “Tezga Ssifa-m” (ton image me hante), “Aghrib Yejjan tamurt” (l’exilé), “Ad yilli rebbi d mmi”, (Dieu soit avec toi), “Ma tecfam ay iggudar” (si vous vous souvenez)… Après plus de deux heures de régal musical, l’assistance est conviée à la remise du trophée pour l’artiste.
Sur scène, Khalida Toumi, ministre de la Culture, entourée de plusieurs artistes, remet le trophée en signe de reconnaissance et d’estime au travail de Taleb Rabah. “Taleb Rabah est un grand artiste et un grand moudjahid”, a déclaré la ministre, qui a ajouté qu’en ce 50e anniversaire de l’Indépendance, “qui mieux qu’un hommage à un artiste moudjahid”.
Elle a souligné que la série d’hommages aux pionniers de l’art algérien continue. De son côté, Taleb Rabah a indiqué que cette journée “est synonyme du 5 juillet pour moi”.
Sous l’émotion, l’artiste s’est remémoré “les années de la guerre pour l’indépendance du pays”.
Un combat qu’il menait, aux côtés du FLN, en France.  Pour rappel, Taleb Rabah est né en 1930, au village Tizit, commune Illilten, daïra d’Iferhounène (Tizi Ouzou). En 1950, il partit en France où il travailla dans une usine en Moselle, avant de retrouver sa passion, la musique, en s’inscrivant à l’école de musique à Hagondange.
Conseillé par cheikh Arab Bouyazgarène, il enregistre ses premiers titres en 1956, avant de rejoindre la capitale française en 1957, sur ordre du FLN. Il a travaillé avec plusieurs artistes, comme Kamel Hamadi, Abdelakder Khelil, Cherif Kheddam, Anissa, Krikeche, Kaci Tizi Ouzou…


M. M

 

Commentaires 

 
#1 Amar35 28-07-2012 13:10
tagzi n laamer i dda rabah. Tanmert i wayen idefkid yakw i yidles n taqbaylit.
 
DIlem
DILEM DU 30 OCTOBRE 2014
Galerie Agrandir
CONTRECHAMP
video

LIBERTE MOBILE
Voir toute La rubrique

Dernières infos