Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

A la une / Culture

COMMÉMORATION DU 16e ANNIVERSAIRE DE LA MORT DU CHEIKH AHMED ATBA BENATBA A CHLEF

Un riche patrimoine culturel à la disposition des chercheurs et universitaires

Cheikh Atba Benatba.

Cheikh Ahmed Atba Benatba était un homme de culture, de savoir et de religion. Durant toute sa vie, il a énormément œuvré, avec courage et détermination et uniquement avec des moyens dérisoires dont il disposait, pour faire des jeunes algériens alors sous l’occupation coloniale, des hommes en mesure de relever les défis auxquels ils faisaient face.
De nombreux proches et amis du défunt, venus presque de partout à l’occasion de la commémoration du 16eanniversaire de sa mort célébrée au courant de cette semaine, se rappellent d’un « parcours couronné de succès et de réussite inégalés, particulièrement autour de nombreux travaux et produits intellectuels. A l’école coranique et culturelle El-Khaldounia, berceau du savoir au centre-ville de Chlef, d’une renommée internationale qui dispensait un enseignement de qualité dans différents domaines, Sidi Ahmed a formé des centaines de cadres dans les domaines de la culture, de l’histoire, de la science, de la littérature et de la jurisprudence » ont-ils témoigné. Et de poursuivre : « Pas moins de 6000 étudiants, venus de plusieurs régions du pays, sont passés par sa classe durant les années 40, 50 et même après l’indépendance». Par     ailleurs, la nouvelle école culturelle et religieuse El Falah, lieu de ces commémorations, que son fils Moulay a créée il y a quelques semaines, a été «  réalisée avec nos propres moyens » a déclaré notre interlocuteur. Et d’ajouter : « Elle intervient afin de permettre à nos chercheurs, universitaires, hommes de culture et assoiffés du savoir de tirer profit des innombrables œuvres que le cheikh a laissées et qu’il voulait  mettre à leur disposition même avant de mourir, avec un riche patrimoine culturel et de savoir qui traite de beaucoup de domaines», a-t-il conclut.
Né en 1916 à El Attaf dans la wilaya d’Aïn Defla et décédé en 2000 à Chlef, cheikh Ahmed ou Sidi Ahmed comme on l’appelait communément, était l’un des célèbres oulémas que comptait la région du centre ouest du pays.
Homme de culture, historien et penseur d’une exceptionnelle érudition, cheikh Ahmed était d’un grand niveau intellectuel.

AHMED CHENAOUI


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER