Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

A la une / Culture

“Eden en sursis, Alger : 1964-1974” de Kamel Benyaa

Une jeunesse entre soif de liberté et idéologie rétrograde

© D.R.

Dans cette autobiographie de 199 pages, le médecin de formation originaire de la petite Kabylie dans le village de Sidi-Aïch, Kamel Benyaa, retrace son parcours dans une Algérie au lendemain de l’indépendance, restée, toutefois, sujette au conservatisme et l’idéologie du pouvoir en place.

Originaire de Sidi Aïch dans la wilaya de Béjaïa, l’auteur et médecin de formation, Kamel Benyaa, a publié aux éditions Pixal Communication, l’ouvrage intitulé “Éden en sursis, Alger 1964-1974”, où il raconte sa jeunesse, dans ce pan de l’histoire de l’Algérie contemporaine, par le prisme de la liberté, mais aussi de la déroute. Ainsi, ce sont les années Boumediene qui remettront en cause, pour lui, les acquis et les fondements de la société algérienne d’après-guerre. “L’amazighité, la langue française et le mode de vie des Algériens”, basé sur l’entraide, le respect des libertés individuelles et la tolérance, étaient dès lors ciblés par le régime en place, où la politique “fit intrusion dans la société”. Elle s’engagera ainsi, selon Benyaa, à “créer un citoyen nouveau”, considérant que “l’Algérien a été perverti et infecté pendant la colonisation française”. Malgré la situation politique, la jeunesse de notre auteur fut, malgré tout, riche en expériences, en rêves et en aventures, notamment lors de son arrivée à Alger, “La Mecque des révolutionnaires” comme il aime à le rappeler dans certains passages. Cette “émigration” était due, note Benyaa, à la situation du son village natal, Sidi Aïch, en proie à l’instabilité sociale et politique. À Alger, ce sera la découverte d’une autre mentalité et mode de vie pour le jeune Kamel, même s’il se heurtait quelques fois aux derniers seings des “colons”, comme le concierge de leur nouveau quartier du Golf, qui voyait d’un mauvais œil qu’une famille algérienne s’installe dans ce quartier habité principalement par des Européens. Quand bien même, l’adolescence du narrateur sera enrichie par ses rencontres au lycée El-Idirssi d’Alger, grâce à ses camarades avec qui il aimait débattre des arts, de la littérature, du socialisme et du capitalisme. À l’image du déisme de Voltaire, de l’humanisme de Rousseau, ou encore, la découverte, grâce à un ami guitariste, des Beatles. Quelques pages plus loin, dans le chapitre “Heureux comme Ulysse”, ses pérégrinations dans les pays de l’Est, comme la  Pologne, sont retracés. Il fait le constat de ce pays communiste, qui malgré le béotisme ambiant, recelait une jeunesse ouverte d’esprit, instruite et tolérante. Ce séjour exacerbera dans l’esprit de Kamel, les élans égalitaristes, qui s’en sont retrouvés amplifiés avec le décès de Che Guevara, le 8 octobre 1967, soit deux jours seulement après le retour du narrateur d’Europe. “Je réalisai que le Che renforçait et complétait mon analyse sociopolitique internationale”, déclare-t-il. Lui qui était “pur, avec ses idées et son sacrifice qui allaient l’ériger en véritable mythe pour la jeunesse de l’époque et les générations à venir”. Dans le chapitre “Sanctuaire”, enfin, il revient sur sa vocation, la médecine, qui était, somme toute, toute tracée pour cet infatigable jeune homme, protégeant contre vents et marées ses rêves et ses ambitions.


Yasmine Azzouz


Éden en sursis, Alger : 1964-1974, de Kamel Benyaa, Éditions Pixal Communication, 199 pages, 500 DA, 2017.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER