Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Des Gens et des Faits

51e partie

À tout jamais…

© Dessin/Ali Kebir

Résumé : Kamélia est réveillée par un bruit. Idir n’est pas encore rentré. Elle fait le tour de l’appartement et constate que ses peurs sont injustifiées. Personne ne s’est introduit chez eux. Elle s’efforce à retrouver son calme. Ce n’est bon ni pour elle ni pour le bébé qu’elle se mette dans tous ses états. Maintenant elle comprenait mieux pourquoi on parlait de l’hyper-émotivité de la femme enceinte.

Kamélia se voit sourire en se rappelant la joie qui avait illuminé son visage et son cri, elle l’entend encore. Il l’avait fait tournoyer avant de la prendre dans ses bras. 
Il était si heureux à l’idée d’être père qu’il en avait informé sa famille et ses amis. Quand il a parlé de réunir leurs familles autour d’un déjeuner, elle a craint que cela ne se passe pas bien, mais elle s’est trompée. Tous ont partagé leur joie, et aujourd’hui ils attendent l’arrivée du bébé, aussi impatients qu’eux.
Idir a déjà préparé une chambre en rose, avec de jolis oiseaux perchés sur un arbre. Il prie pour que ce soit une fille alors qu’elle voudrait un garçon.
-Je crois que j’adore me compliquer la vie, se dit-elle. Le plus important est que ma grossesse se déroule sans complication et que mon bébé vienne au monde en bonne santé. Garçon ou fille, peu importe. 
Elle rit. Elle parle à son reflet dans la glace.
-Je dois être en train de devenir folle. La gynécologue craignait que j’aie une grossesse nerveuse, vu mes sautes d’humeur. Elle n’a pas vu venir la folie. 
Elle retourne au salon et décide d’appeler sa mère malgré l’heure tardive. Idir est certainement avec eux. Il a pris l’habitude de passer leur donner un coup de main après le dîner. Ce soir, une famille a réservé la salle à manger pour y fêter le retour de leur fils et son anniversaire. Des musiciens se sont chargés de l’ambiance. Quand sa mère décroche, elle peut entendre les jeunes chanter. L’ambiance chaleureuse lui parvient.
-Je vois qu’on s’amuse bien chez vous, lui dit-elle. Je comprends pourquoi Idir tarde à rentrer. 
-Ma fille, il est si gentil et si serviable. Maintenant qu’ils ont fini en cuisine, il est parti. Il ne devrait plus tarder à arriver, dit Fathma. Mais dis-moi, tu vas bien ? Quelque chose ne va pas ?
Kamélia ne lui raconte pas son réveil en sursaut et ce sentiment qu’on s’est introduit chez eux, sinon elle va l’inquiéter pour rien. Son imagination et ses hormones lui ont joué un mauvais tour. 
-Je vais bien. la rassure-t-elle. Je ne m’attendais pas à ce qu’il tarde ce soir. Je commençais à m’inquiéter. Il n’a pas appelé, ni laissé de message. 
-C’est tout à fait normal. Une femme enceinte est plus sensible que d’ordinaire. 
-Yemma, excuse-moi, dit-elle en se tournant vers la porte d’entrée où on vient d’introduire une clef. Idir vient d’arriver. Je t’embrasse. Bonne nuit. 
Elle raccroche et se dirige vers l’entrée, toute souriante. Elle est heureuse de pouvoir lui faire la surprise au milieu de la nuit. Elle pense à se jeter dans ses bras. Mais ce n’est pas Idir qui ouvre la porte et qui entre.  
 

(À SUIVRE)
T. M.
taosmhand@yahoo.com
Vos réactions et vos témoignages sont les bienvenus.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER