Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Des Gens et des Faits

34e partie

Le labyrinthe

© Dessin/Ali Kebir.

Résumé : Nacéra termine sa mission et s’apprête à rentrer. Elle était déçue par le silence incompréhensible de Yacine. Ce dernier n’avait plus donné signe de vie depuis le premier soir. Que va-t-elle faire ?

Nacéra ne savait plus quoi penser. Le mieux à faire sur-le-champ, c’est de se rendre à la gare routière dans l’immédiat. Elle consulte sa montre. Son bus doit démarrer dans une demi-heure. Il était temps de quitter les lieux.
Elle se rendit à la réception pour demander un taxi, lorsqu’elle s’aperçu qu’un homme qu’elle avait déjà remarqué au salon la veille, ne la quittait pas des yeux. Il était assis et faisait semblant de lire un journal, tout en jetant des coups d’œil réguliers et scrutateurs dans sa direction. 
Ce manège, qui lui parut bizarre, n’était pas pour la rassurer. Elle prend peur et sans plus attendre prend ses bagages et quitte les lieux.
L’homme se lève d’un bond et court après elle. 
Il la rattrape sans trop de mal au seuil du grand portail de l’hôtel, avant de l’agripper par le bras.
Nacéra tente de se dégager tout en se mettant à crier :
- Lâchez-moi, qui êtes-vous, vous me faites mal.
Curieusement, aucun des agents de sécurité postés à l’entrée ne vint à son secours. Pourquoi ? Elle ne tarde pas à le savoir.
L’homme lui met son badge devant les yeux :
Police.
Nacéra eut le souffle coupé :
- Police ? Que me voulez-vous donc ? Vous faites sûrement erreur. Je n’ai rien fait.
Mlle Nacéra… N… ?
- Oui. C’est bien moi.
- Vous êtes en état d’arrestation.
La jeune fille sentit un vertige la gagner.
- Vous plaisantez Monsieur…
- J’aimerais bien que ce soit le cas, figurez-vous. Il relâche son étreinte et poursuit sur un temps plus cordial :
- Veuillez donc me suivre au commissariat s’il vous plaît. Vous saurez de quoi vous êtes accusée.
Il se saisit de son sac de voyage et l’invite d’un geste à monter dans un véhicule de police garé non loin de là.
La jeune fille ne savait plus à quel saint se vouer. Il y avait sûrement une erreur sur la personne…Sinon qu’est-ce qui pourrait expliquer tout ce 
manège ?
Au commissariat, c’est un autre officier qui la reçoit. Son sac à main et son bagage sont confisqués, et ses papiers personnels vérifiés et notifiés…
 

(À SUIVRE)
Y. H. 
y_hananedz@yahoo.fr
Vos réactions et vos témoignages sont les bienvenus.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER