Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

Autres / Des Gens et des Faits

39e partie

Mordjana

©D. R.

Résumé : Mordjana ne voulut rien révéler à son mari de ce qu’elle venait d’apprendre de son beau-père. Et lorsque Samir lui parle  des résultats de ses analyses, elle lui parle de ses appréhensions quant à l’intervention, qu’elle était pourtant impatiente de subir. Il la rassure, et lui demande de lui raconter sa journée. A-t-elle fait le ménage ou la cuisine ?

Elle secoue sa tête :
- Pas vraiment… Dès que tu es parti, j’ai rejoint ta maman, ici même dans cette cuisine, pour l’aider, mais elle avait déjà préparé le déjeuner et m’avait demandé juste de faire les lits dans la chambre de tes frères et de nettoyer la cour…Voilà tout…
Samir sourit :
- On dirait que maman veut t’éviter les grosses corvées.
- Peut-être… Mais je t’assure que je m’ennuie à mourir… Je n’aime pas rester les bras croisés et regarder les autres travailler…
Ta mère est allée jusqu'à faire elle-même la vaisselle du déjeuner, alors que j’aurais pu m’en charger.
Il hausse les épaules :
-Bof… Ton tour viendra plus tôt que tu ne le penses… Ma mère n’est pas encore habituée à ta présence, voilà tout. Il se tut une minute puis reprend :
-Et papa ? Tu as discuté avec lui ?
Elle s’humecte les lèvres avant de
répondre :
-Heu… Oui… Nous avons discuté tous les deux alors que ta mère n’était pas encore revenue de ses courses....
-De quoi donc a pu t’entretenir un petit clochard comme mon père ?
Elle tente de prendre un air dégagé pour lancer :
- Oh ! des choses de la vie… Il m’a parlé de mon père et m’a raconté l’anecdote de notre mariage…
- Hum… En somme, il a dû te soûler en ressassant cet évènement…Un jeu de poker, un pari, une promesse et le reste… Ce n’était pas un sujet à aborder alors que tu viens à peine de mettre les pieds chez nous.
- Cela ne me dérange pas… Seulement, ton père m’a dévoilé des choses que j’étais loin d’imaginer…
Il fronce les sourcils :
- Des choses ? Ah ! je crois deviner… Il t’a parlé des circonstances de cette promesse et des...
- Pourquoi as-tu consenti à m’épouser Samir ?
Elle l’avait interrompu, alors qu’il tentait de détourner la conversation. Il avait sûrement compris que son père avait vendu la mèche et qu’elle était au courant d’un secret qu’il ne voulait pas lui dévoiler. Il cherchait une réponse plausible, mais elle insiste :
- Pourquoi avoir accepté un tel mariage, alors que tu avais une autre femme en vue ?
Il sursaute :
- Qui t’a raconté ça ? Ma mère ?
Elle secoue sa tête :
- Il ne faut pas être trop intelligent pour comprendre qu’un homme aussi bien fait que toi et aussi instruit attendait que ses parents lui désignent son âme sœur.
- C’était peut-être le cas...
Elle secoue encore sa tête plus vigoureusement :
- Non Samir… Pas avec moi ces éventualités…
Je suis certaine que tu étais en relation avec une femme de ton rang et que tu as dû laisser tomber tous tes projets pour tenter de rectifier le tir et de colmater les failles de ton paternel.
- Mais de quoi parles-tu petite folle ?
Il se lève et prend appui sur le potager de la cuisine tout en détournant son regard :
- De quoi parles-tu Mordjana ? Il est vrai qu’au début j’étais un peu sceptique… Je ne croyais pas en ce mariage. Mais maintenant qu’on est ensemble, je ne regrette pas de t’avoir épousée.
- Oui… Tu es plus rassuré… Ton père ne pourra plus vous faire chanter en ramenant une femme plus jeune à la maison… Tu voulais éviter un choc à ta mère...
-Nonnnnnnnnnnnnnn... !
Le cri lui avait échappé. La sueur avait inondé son corps et son visage :
- Pourquoi Mordjana ? Pourquoi réveiller tous ces démons d’un passé récent ? Certes, le jeu n’a pas été paisible, mais ensuite, tout est rentré dans l’ordre… Je m’attendais à rencontrer quelqu’un de pire…
Une fille laide, idiote et prête à exécuter toutes les tâches qu’on lui demande sans rechigner… Une boniche… Une femme à tout faire, qui portera mon nom, mais ne sera jamais mienne…
Le pari avait été dur…Mon père s’était engagé avec le tien… Fort heureusement, il s’était confié à mon oncle Ali, qui est venu me retrouver pour me demander de tuer son projet dans l’œuf… Ma mère avait assez souffert… Elle est malade et fatiguée…
Pourquoi lui rajouter d’autres ennuis ? À son âge, elle doit se reposer et passer paisiblement ses journées… Aïssa par contre, ne veut pas s’assagir… Je ne sais pas si un jour, la vieillesse lui rappellera ses torts, ou c’est la mort  qui l’engloutira sans lui laisser le temps de se repentir...

(À suivre) Y. H.



Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER