Onze militaires ont été tués et cinq autres blessés dans une attaque terroriste, samedi soir à Tizi-Ouzou, contre un détachement de l'ANP qui a abattu trois terroristes (communiqué du MDN)  Naufrage d'un ferry en Corée du Sud : dix nouveaux corps retrouvés (garde-côte)Un journaliste pakistanais blessé dans un attentat à KarachiÉgypte: deux policiers tués dans une attaquePlus de 280 réfugiés transférés vers des camps dans le Nord-est du KenyaPour contacter la Rédaction Web de "Liberté" écrivez à cette adresse : redactionweb@liberte-algerie.comPour contacter la rédaction nationale (version papier)de "Liberté" écrivez à cette adresse : info@liberte-algerie.comSuivez-nous sur Twitter : @JournalLiberteDZ Suivez-nous sur Facebook:www.facebook.com/JournalLiberteOfficielChaque édition de la version papier (articles et PDF) est mise en ligne sur le site à 10h (GMT+1) et cela depuis le 05 octobre 2011
Deuxième semaine Samedi, 21 Avril 2012 14:24 Facebook Imprimer Envoyer Réagir

Paroles de campagne ( deuxième semaine)

Par : Rédaction Nationale

Abdelamadjid Menasra, président du Front du changement (FC), 28.04.2012 à Guelma : « si vous aimez l'Algérie permettez au peuple choisir librement ses représentants. »

Abdelaziz Belaïd, président du Front El Moustakbal, 28.04.2012 à Guelma : « le peuple algérien fera du 10 mai une occasion de construire une Algérie forte grâce au choix de personnes compétentes. »

Bouguerra Soltani, président du MSP, Fateh Rebaie, et Hamlaoui Akkouchi, leaders des trois partis composant l'Alliance de l'Algérie verte, 28.04.2012 à Chlef : « aujourd'hui, l'Algérie est prédisposée à franchir un grand pas en avant en matière de démocratie et de développement pourvu que les élections législatives se déroulent dans la transparence. »

Abdallah Djaballah, président du Front de la justice et du développement (FJD), 28.04.2012 à Oran : « le courant occidentaliste algérien refuse tout dialogue ou débat avec d'autres tendances politiques. »

Khaled Bounedjma, président du Front national pour la justice sociale (FNJS), 28.04.2012 à Oum El Bouaghi : ceux qui ont menti au peuple et spolié ses richesses tentent aujourd'hui de lui faire croire qu'ils veulent le servir.

Ali Faouzi Rebaïne, président du parti AHD 54, 28.04.2012 à Oran : « le changement auquel aspire le peuple algérien est entre les mains des jeunes générations. »

Abdelaziz Ghermoul, président du Mouvement des citoyens libres (MCL), 28.04.2012 à Boumerdes :« la classe politique actuelle est malade des promesses des islamistes et des démocrates autoproclamés. »

Chalabia Mahdjoubi, secrétaire générale du Mouvement pour la jeunesse et la démocratie (MJD), 28.04.2012 à Médéa : « notre priorité, une fois au Parlement, est d'amener les pouvoirs publics à revoir à la hausse la pension allouée actuellement à nos retraité de façon à les mettre à l'abri de la précarité. »

Mustapha Boudina, président du Mouvement des citoyens libres (MCL), 28.04.2012 à Batna : « nous sommes tous des Algériens et des musulmans qui ont droit à la démocratie et à la liberté. »

Mohand Oussaid Belaid, président du Parti de la liberté et de la justice (PLJ), 28.04.2012 à Oum El Bouaghi : « qui veut le changement et le renouveau doit se rende aux urnes le jour du vote.

Salim Khelfa, président du Parti des jeunes démocrates (PJD), 28.04.2012 à Bejaia : « les jeunes générations, nourries aux valeurs de novembre et jouissant de grandes qualifications sont les plus à même de faire rayonner le pays et surtout de combattre les facteurs limitatifs, notamment la bureaucratie, la corruption, et les malversations. »

Louisa Hanoune, secrétaire générale du Parti des Travailleurs (PT), 28.04.2012 à Skikda : « cette propension à aliéner le pays aux trusts et aux capitalistes étrangers, malheureusement partagée par quelques responsables de partis algériens, est bien palpable si lÆon considère ce qui se passe à nos frontières, notamment en Libye et au Mali dont le sol renferme d'énormes richesses. »

Ali Faouzi Rebaïne, président du parti AHD 54, 28.04.2012 à Sidi Bel-Abbes : « l’important est de placer l’intérêt du pays au dessus de toute considération. »

Amara Benyounes, président du Mouvement populaire algérien (MPA), 28.04.2012 à Chlef : « les législatives de mai prochain sont déterminantes pour l’avenir du pays et exigent une participation massive des électeurs pour consacrer la démocratie et barrer la route de façon démocratique et pacifique à ceux qui font de la religion un fond de commerce pour réaliser leurs propres intérêts. »

Ali Boukhezna, secrétaire général du Mouvement de l’entente nationale (MEN), 28.04.2012 à Mila : « beaucoup d'algériens ont souffert d'impôts injustes et injustifiés qui doivent être effacés. »

Louisa Hanoune, secrétaire générale du Parti des Travailleurs (PT), 28.04.2012 à Annaba : « il faut aller voter en masse le 10 mai pour signifier aux ministres actuels qu’ils n’ont plus le droit d’hypothéquer l’avenir des générations montantes. »

Naïma Salhi, présidente du parti de l’équité et de la proclamation (PEP), 28.04.2012 à Constantine : « quiconque renie son passé ne peut avoir d’avenir. »

Ahmed Ouyahia, secrétaire général du Rassemblement national démocratique (RND), 28.04.2012 à Mascara : « la démocratie doit servir le peuple et non pas toucher ses acquis. »

Ali Laskri, premier secrétaire national du Front des Forces Socialistes (FFS), 28.04.2012 à Jijel : « il n’est pas question de ne pas être présents, aujourd’hui, et d’abandonner le terrain à ceux qui veulent nous créer des situations d’implosion. »

Khaled Bounedjma, président du Front pour la justice sociale (FNJS), 23.04.2012 à Médéa : « dans la majorité des cas, le député, une fois élu, ne peut apporter le changement dont beaucoup de formations politiques ont en fait leur cheval de bataille durant cette campagne électorale. »





Abdelamadjid Menasra, président du Front du changement (FC), 27.04.2012 à Khenchela : « il est temps de passer de l'indépendance au changement attendu depuis 50 ans avec impatience. »

Louisa Hanoune, secrétaire générale du Parti des Travailleurs (PT), 27.04.2012 à Guelma : « la seule façon de protéger vos voix contre la fraude, est d'aller voter en masse. »

Kamel Bensalem, secrétaire général du Parti du renouveau algérien (PRA), 27.04.2012 à Skikda : ce sont les jeunes qui ont été les artisans de la Révolution. »

Ali Laskri, premier secrétaire national du Front des Forces Socialistes (FFS), 27.04.2012 à Alger : « nous n'avons pas le droit de permettre que le pays soit dépecé demain par ceux qui convoitent ses richesses. »

Omar Bouacha, président du Mouvement El Infitah, 27.04.2012 à Blida : « cinquante ans après l'indépendance de l'Algérie, il est plus que temps de céder la place aux jeunes compétences et de leur donner l'occasion de servir leur pays. »

Abderrahmane Akif, président du Mouvement national pour la nature et le développement (MNND), 27.04.2012 à Bordj Bou Arreridj : « notre participation à ces élections vise à asseoir notre présence au parlement, pour l'élaboration d'une Constitution qui refléterait et traduirait dans les faits les aspirations et les attentes des jeunes. »

Mohamed Cherif Taleb, président du Parti national pour la solidarité et le développement (PNSD),27.04.2012 à Alger : « il est temps de mettre fin aux intimidations que subissent quotidiennement les magistrats dans l'exercice de leurs fonctions. »

Boucherma Hamana, coordinateur général du Parti des jeunes, 27.04.2012 à Tlemcen : « l'Algérie est en danger et notre mobilisation le 10 mai prochain peut changer les choses et instituer un Etat qui ne disparaîtra pas avec la disparition des hommes. »

Moussa Touati, président du Front national algérien (FNA), 27.04.2012 à Biskra : « vous n'avez pas d'autre pays que l'Algérie pour vous protéger et pour y construire votre avenir dans la dignité et la liberté. »

Ahmed Ouyahia, secrétaire général du Rassemblement national démocratique (RND), 27.04.2012 à Tlemcen : « notre parti porte un grand intérêt pour le développement de l'agriculture et d'autres secteurs qui seraient à même d'améliorer les conditions de vie des Algériens. »

Amara Benyounes, secrétaire général du Mouvement Populaire Algérien (MPA), 27.04.2012 à Bejaia : « il n’y a d’autres choix que le vote massif pour forcer le changement. »

Noureddine Bahbouh, secrétaire général de l’Union des forces démocratiques et sociales (UFDS), 27.04.2012 à M’sila : « il n’y a que les jeunes qui comprennent parfaitement les problèmes dont souffrent quotidiennement leurs pairs. »

Belkacem Sahli, secrétaire général du parti de l’Alliance nationale républicaine (ANR), 27.04.2012 à Djelfa : « le développement durable, visant la préservation de l’environnement et des richesses naturelles, passe par la promotion de l’exploitation des énergies renouvelables et la réduction de l’usage des énergies polluantes basées sur les hydrocarbures. »

Omar Bouacha, président du Mouvement El Infitah, 27.04.2012 à Aïn Défla : « soit nous passons cette épreuve avec succès, soit nous passons à côté et gâcherons, de ce fait, une occasion de changer les choses dans le sens positif. »

Mustapha Boudina, président du Mouvement des citoyens libres (MCL), 27.04.2012 à Bouira : « le changement souhaité ne se produira, cependant, qu’à condition que vous élisiez des représentants compétents et probes, à même de défendre vos intérêts et de s’imposer comme alternative. »

Sofiane Djilali, président du parti Jil Jadid, 27.04.2012 à Alger : « ce scrutin marque le début du changement. Je vous demande de vous organiser et de voter en faveur de ma formation qui veillera à défendre vos droits légitimes. »

Ali Laskri, premier secrétaire national du Front des Forces Socialistes (FFS), 27.04.2012 à Alger : « l’enjeu (des législatives) c’est de mobiliser de nouveau la population pour un changement politique radical mais pacifique dans le pays. Les citoyens sont pour le changement, ils sont ouverts au débat. »

 

 

 

 

Ahmed Benabdeslam, président du Front de l’Algérie nouvelle (FAN), 26.04.2012 à Biskra : « nous ne sommes pas de ceux qui brossent un tableau complètement noir de l’histoire contemporaine de l’Algérie, ni de ceux qui prônent la rupture. »

Ahmed Ouyahia, secrétaire général du Rassemblement national démocratique (RND), 26.04.2012 à Ain Temouchent : « l’Algérie a déjà fait ses révolutions dont celles du 1er novembre 1954 et le 9 décembre 1960 à Ain Temouchent en réponse à la visite du général De Gaulle. »

Louisa Hanoune, secrétaire générale du Parti des Travailleurs (PT), 26.04.2012 à Tissemsilt : « l’enjeu principal des prochaines élections est de protéger la souveraineté de la nation, car la crise économique et financière dont souffre le système capitaliste prend une ampleur de guerres d’occupation et d'impérialisme au Maghreb (Libye) et en Orient (Syrie). »

Aissa Belhadi, secrétaire général du Front de la bonne gouvernance (FBG), 26.04.2012 à Laghouat : « le changement escompté ne consiste pas en la substitution de figures par d’autres, mais par un changement radical et de manière pacifique, civilisée et démocratique, reflétant le sens moral élevé du peuple algérien et la fidélité au message des martyrs. »

Belkacem Sahli, secrétaire général de l’Alliance nationale républicaine (ANR), 26.04.2012 à El Bayadh : « les problèmes des Algériens trouveraient des solutions appropriées, à travers une forte participation à ce scrutin et non par le boycott auquel appellent certaines parties de l’étranger. »

Omar Bouacha, président du Mouvement El Infitah, 26.04.2012 à Tizi-Ouzou : « il est temps de consacrer le principe de l’alternance au pouvoir, par la remise du flambeau aux jeunes compétences, aptes à mieux gérer les affaires publiques et à remettre le pays sur l’orbite du développement. »

Moussa Touati, président du Front national algérien (FNA), 26.04.2012 à Boumerdes : « il est temps de réaliser des élections crédibles, libres et démocratiques à l’image des aspirations de la jeune génération, qui n’a pas d’autre patrie de rechange. »

Sofiane Djilali, président du parti Jil Jadid, 26.04.2012 à Médéa : « l’immunité parlementaire ne doit plus servir à couvrir les actes répressibles par la loi ou d’abus de pouvoir, mais doit se limiter aux seuls aspects politiques.

Abdelaziz Belaid, président du Front El Moustakbal (FM), 26.04.2012 à Alger : « certains disent que la femme est la moitié de la société. Moi, je pense qu'elle représente la société elle-même, car l'autre moitié, c'est-à-dire l'homme, n'aurait pas existé sans la femme. »

Abdallah Djaballah, président du Front de la justice et du développement (FJD), 26.04.2012 à Khenchela : « la Constitution actuelle et même celle à venir ne pourront pas changer grand-chose à la situation du pays tant que les pouvoirs législatif, exécutif, et judiciaire sont concentrés aux mains du président de la République.

Abdelaziz Belkhadem, secrétaire général du Front de libération nationale (FLN), 26.04.2012 à Tébessa : « le peuple sera conscient et fera le bon choix le 10 mai prochain. »

Youcef Hamidi, président du Parti national algérien (PNA), 26.04.2012 à Annaba : « le PNA est venu avec un programme qui comprend plusieurs propositions concrètes parmi lesquelles la création d’un haut conseil national de l’éducation qui sera chargée de l’élaboration d’un système d’enseignement propre aux algériens. »

Noureddine Bahbouh, secrétaire général de l'Union des forces démocratiques et sociales (UFDS), 26.04.2012 à Batna : « nous sommes pour le vrai changement qui doit aussi s’opérer par l’accès de jeunes cadres compétents aux postes de responsabilité. »

Abdelamadjid Menasra, président du Front du changement (FC), 26.04.2012 à Ouargla : « ne pas participer aux élections c’est permettre à la fraude d’avoir lieu. »

Sofiane Djilali, président du parti Jil Jadid, 26.04.2012 à Alger : « l'emploi ne viendra pas uniquement d'une décision politique. Il faut un véritable programme économique cohérent, qui lève les entraves bureaucratique aux investisseurs. C'est l'entreprise qui crée de la richesse et de l'emploi notamment pour les jeunes, et non l'Etat. »


 

 

 

Noureddine Bahbouh, secrétaire général de l’Union des forces démocratiques sociales (UFDS), 25.04.2012 à Biskra : « il existe des gens à travers le pays qui ont la volonté d’exporter mais butent sur de nombreuses entraves. »

Tahar Benbaibeche, président du parti "El Fajr Djadid", 25.04.2012 à Relizane : « notre terre est généreuse qui produit les richesses et nous devons la développer, si nous voulons assurer l’avenir. »

Sofiane Djilali, président du Parti El Djil El Djadid, 25.04.2012 à Djelfa : « la jeunesse se doit d’investir le domaine politique pour prendre son destin en main, pour ne plus se complaire dans l’attente d’un hypothétique sauveur. »

Naïma Salhi, présidente du parti de l’équité et de la proclamation (PEP), 25.04.2012 à Setif : « il nous faudra après le 10 mai, un parlement fort et un gouvernement capable de gérer les affaires des Algériens, en étant guidés par la compétence alliée à la probité. »

Abdelkader Merbah, président du Rassemblement patriotique républicain (RPR), 25.04.2012 à Tlemcen : « saisissons ainsi cette occasion pour construire notre démocratie. »

Mustapha Boudina, président du Mouvement des citoyens libres (MCL), 25.04.2012 à Médéa : « nos hommes politiques doivent être à la hauteur des aspirations et des attentes des citoyens, leur porte-parole et les défenseurs de leurs intérêts, mais pas des tuteurs autoproclamés qui ne pensent qu’à leurs intérêts étroits. »

Louiza Hanoune, secrétaire générale du parti des travailleurs (PT), 25.04.2012 à Laghouat : « nous voulons défendre notre souveraineté et renforcer, avec vous, l’immunité de la nation contre les dangers. »

Amar Bouacha, président du Mouvement El Infitah, 25.04.2012 à Bouira : « ces élections ne sont pas comme les précédentes, et promettent d’être à la hauteur des aspirations de la jeunesse.

Ali Faouzi Rebaïne, président du parti AHD 54, 25.04.2012 à Relizane : « la jeunesse doit saisir cette occasion pour opérer le changement. »

Ahmed Ouyahia, secrétaire général du Rassemblement national démocratique (RND), 25.04.2012 à Mostaganem : « l’Etat aidera l’investisseur en réduisant l’impôt, rééchelonnant sa dette, lui accordant des crédits, lui fournissant des jeunes sans expérience et assurant la moitié de leurs salaires mensuels, à condition qu’il s’éloigne de la mentalité des conteneurs et contribue à l’emploi. »

Louiza Hanoune, secrétaire générale du parti des travailleurs (PT), 25.04.2012 à El-Bayadh : « le PT est le premier parti à avoir revendiqué de larges réformes et la défense de la nationalisation des hydrocarbures, et continue à militer pour l’ancrage de la démocratie. »

Moussa Touati, président du Front national algérien (FNA), 25.04.2012 à Oran : « on milite pour passer du régime présidentiel au régime parlementaire. »

Mahmoud Rechidi, secrétaire général du Parti socialiste des travailleurs (PST), 25.04.2012 à Alger : « le libéralisme s’attaque à tous les acquis nationaux (...), notamment les acquis économiques. »

Amara Benyounes, président du Mouvement populaire algérien (MPA), 25.04.2012 à Annaba : « nous n'avons aucun problème avec l'islam car nous sommes des musulmans. »

Djamel Ahmed Benabdessalam, président du Front de l'Algérie nouvelle (FAN), 25.04.2012 à Ghardaia : « si cette situation de contestation persiste, notamment ici à Ghardaia, c'est à cause d'une faiblesse de l'Etat. »





Mohamed Hadef, président du Mouvement national pour l'espoir (MNE), 24.04.2012 à Mila : « la clé de la force de l'Etat réside dans la confiance que lui accorde son peuple. »

Ali Laskri, premier secrétaire national du Front des Forces Socialistes (FFS), 24.04.2012 à Oum El Bouaghi : « les candidats du FFS, au cas où ils sont élus, seront prêts à consulter la base, sur les grandes questions nationales. »

Abdelamadjid Menasra, président du Front du changement (FC), 24.04.2012 à Alger : « le changement ne peut s'opérer par des bulletins blancs ou nuls, encore moins par le boycott. »

Nouredine Bahbouh, secrétaire général du Parti de l'Union des forces démocratiques et sociales ( UFDS), 24.04.2012 à Djelfa : « l'histoire ne pardonnera pas à celui qui n'aura pas accompli son devoir, ou qui s'est rendu coupable de trahison contre son pays. »

Abdelaziz Belkhadem, secrétaire général du Front de libération nationale (FLN), 24.04.2012 à El-Oued : « l'absorption du chômage requiert la réalisation, durant cette prochaine étape, d'un taux de croissance annuel de 7%. »

Ali Boukhezna, secrétaire général du Mouvement de l'Entente Nationale (MEN), 24.04.2012 à Skikda : « l'union et l'action doivent guider les électeurs pour garantir des urnes vraiment transparentes, synonyme d'élections propres et honnêtes, à même de rendre l'espoir au peuple. »

Ahmed Ouyahia, secrétaire général du Rassemblement national démocratique (RND), 24.04.2012 à Boumerdes : « nous avons plus que jamais besoin d'investir dans l'élément humain, en améliorant le niveau de l'enseignement, et en introduisant la formation professionnelle dans les universités notamment. »

Abdelaziz Ghermoul, président du Mouvement des nationalistes libres (MNL), 24.04.2012 à Saida : « l'Algérie vit un pourrissement affectant plusieurs secteurs notamment les secteurs financier et économique pour des intérêts occultes. »

Amara Benyounes, président du Mouvement populaire algérien (MPA), 24.04.2012 à Batna : « nous sommes tous des musulmans, des démocrates et ouverts sur le monde. Nous avons, certes, des problèmes de logement, de chômage et de clientélisme mais nous n'avons pas de problème de religion. »

Aissa Belhadi, secrétaire général du Front de la bonne gouvernance (FBG), 24.04.2012 à Bechar : « la bonne gouvernance est basée sur la confiance et la crédibilité dans la gestion des affaires du pays et de la société et la consécration des valeurs de la transparence, ce qui rend plus efficaces les institutions et contribue à leur légitimité. »

Mohand Oussaid Belaid, président du Parti pour la liberté et la justice (PLJ), 24.04.2012 à Tizi-Ouzou : « il est du droit des électeurs de retirer la confiance à tout parlementaire, au cas où ils estimeraient que celui- ci a failli à ses obligations ou aurait rompu le lien ombilical avec eux et ne prend pas en compte leurs préoccupations. »

Naima Salhi, présidente du Parti de l'équité et de la proclamation (PEP), 24.04.2012 à Bordj Bou Arréridj : « la volonté du président de la République d'opérer des changements profonds dans les différents secteurs doit impérativement être appuyée par les citoyens (par leur vote) si l'on veut aboutir à des résultats positifs. »

Benhamou Mohamed, président du parti "El-Karama", 24.04.2012 à Bejaia : « il faut choisir les hommes et non pas les partis. »

Ali Laskri, premier secrétaire national du Front des Forces Socialistes (FFS), 24.04.2012 à Batna : « nous nous sommes engagés dans ces élections pour appeler les Algériens à se mobiliser et à s’organiser au sein de partis et d’associations, et à accorder la priorité au politique afin de concrétiser l’alternative en Algérie. »

Mohand Oussaid Belaid, président du Parti de la liberté et de la justice (PLJ), 24.04.2012 à Tizi-Ouzou : « passée la période d’une année qui leur permettra de se familiariser avec les rouages parlementaires, nos députés à la future Assemblée nationale auront à rendre compte devant le public de leur circonscription électorale. »

Aissa Belhadi, secrétaire général du Front de la bonne gouvernance (FBG), 24.04.2012 à Bechar : « la bonne gouvernance est basée sur la confiance et la crédibilité dans la gestion des affaires du pays et de la société et la consécration des valeurs de la transparence, ce qui rend plus efficaces les institutions et contribue à leur légitimité.

Fateh Rabiaï, secrétaire général du mouvement Ennahda, 24.04.2012 à Alger : « l’Alliance verte sera le vainqueur si les élections (législatives) se déroulent selon les critères d’honnêteté et de transparence mondialement admis. »

Driss Khoudir, président du Parti républicain progressiste (PRP), 24.04.2012 à Bouira : « optez pour les candidats compétents et de bonne moralité, qui sauront tenir leurs promesses électorales et servir l’intérêt du peuple et nul autre. »

Noureddine Bahbouh, secrétaire général de l’Union des forces démocratiques sociales (UFDS), 24.04.2012 à Laghouat : « nous devons opérer un changement du modèle de gestion de manière calme et civilisée, à travers l’accomplissement des devoirs et la défense des droits. »

Ali Boukhezna, secrétaire général du Mouvement de l’entente nationale (MEN), 24.04.2012 à Guelma : « on ne peut gérer des services de l’Etat avec des employés recrutés dans le cadre de l’emploi des jeunes. »

Abderrahmane Akif, président du Mouvement national pour la nature et le développement (MNND), 24.04.2012 à Alger : « si nous avons des députés à la future Assemblée, notre parti proposera la multiplication des projets de dépollution des oueds, l'aménagement de ses abords et la réalisation d'aires de loisirs sur leurs rives. »





Khaled Bounedjma, président du Front national pour la justice sociale (FNJS), 23.04.2012 à Laghouat : « le FNJS n'est pas nouveau, mais possède une expérience et une connaissance des véritables problèmes, qui lui permet d'améliorer la situation. »

Aissa Belhadi, secrétaire général du Front de bonne gouvernance (FBG), 23.04.2012 à Relizane : « le changement ne s'opère pas dans les cafés ou les salons. »

Moussa Touati, président du Front national algérien (FNA), 23.04.2012 à Blida : « par votre participation massive au prochain scrutin, vous mettrez un terme un pouvoir qui a duré près de 50 ans, au cours desquels il a sapé les fondements du pays et de la société. »

Ahmed Ouyahia, secrétaire général du Rassemblement national démocratique (RND), 23.04.2012 à Bouira : « le RND refuse la destruction de l'Algérie et œuvre à sa construction. »

Abdelkader Merbah, président du Rassemblement patriotique républicain (RPR), 23.04.2012 à Tamanrasset : « les Algériens sont appelés aujourd'hui plus que jamais à bâtir leur avenir et à promouvoir la citoyenneté par l'entraide, la fraternité et la concertation. »

Abdelaziz Belaid, président du Front El Moustakbal (FM), 23.04.2012 à Mostaganem : « le peuple est conscient et sait faire son choix. »

Khaled Bounedjma, président du Front pour la justice sociale (FNJS), 23.04.2012 à Djelfa : « boycotter ces élections, c'est laisser le champ libre aux aventuriers de tous bords. »

Ali Laskri, premier secrétaire national du Front des Forces Socialistes (FFS),23.04.2012 à Médéa : « il faut que les citoyens commencent à s'organiser, se structurer et à faire le bon choix. »

Belkacem Sahli, secrétaire général de l’Alliance nationale républicaine (ANR), 23.04.2012 à Médéa : « les jeunes doivent être conscients que leur avenir se construit maintenant et qu’ils doivent être les principaux artisans de leur propre devenir. »

Omar Bouacha, président du mouvement El Infitah, 23.04.2012 à Saida : « ceux qui ont dirigé le pays depuis l’indépendance à ce jour et ont été à l’origine de catastrophes économiques et sociales. »

Abderrahmane Akif, président du Mouvement national pour la nature et le développement (MNND), 23.04.2012 à Alger : « la résorption de l’habitat précaire est une nécessité urgente et une condition impérative pour que l’individu en Algérie se considère comme un citoyen à part entière. »

Ahmed Benabdeslam, président du Front de l’Algérie nouvelle (FAN), 23.04.2012 à Blida : « si la situation actuelle persiste, en dépit d’un demi-siècle d’indépendance, c’est bien a cause du détournement des Algériens de la chose politique, dont la pratique est laissée aux opportunistes. »

Salim Khelfa, président du Parti des jeunes démocrates (PJD), 23.04.2012 à Jijel : «nous sommes contre la rupture avec le passé, mais pour la continuité entre les générations afin que la jeunesse puisse s’imprégner de l’expérience des anciens et prendre le relais pour assurer une continuité dans la conduite des affaires du pays. »

Ali Laskri, premier secrétaire national du Front des Forces Socialistes (FFS),23.04.2012 à Blida : « le FFS, qui s’est toujours opposé au pouvoir en place en Algérie, œuvre pour l’instauration d’un régime puisant sa force et sa légitimité de la souveraineté populaire. »

Hamlaoui Akkouchi, président d’El-Islah, représentant de l’Alliance de l’Algérie verte (AAV), 23.04.2012 à Médéa : « l’intervention du premier magistrat du pays est devenue, aujourd’hui, une urgence face à la dégradation inquiétante du pouvoir d’achat et la situation sociale des citoyens. »

Abdallah Djaballah, président du Parti de la justice et du développement (PJD), 23.04.2012 à Bouira : « méfiez-vous de ceux qui appellent au boycott, car leur but est de maintenir le statu quo. »

Mohamed Cherif Taleb, président du Parti national pour la solidarité et le développement (PNSD), 23.04.2012 à Tizi-Ouzou : « c'est du choix que vous ferez le 10 mai prochain que dépendra la configuration politique de la future Assemblée nationale. »

Hamana Boucherma, coordinateur général du Parti des jeunes (PJ), 23.04.2012 à Tébessa : « les jeunes doivent prendre leur destin en main en s’investissant davantage dans la vie politique. »

Abdelamadjid Menasra, président du Front du changement (FC), 23.04.2012 à Laghouat : «le temps du changement c'est aujourd'hui et non pas demain. »

Sofiane Djilali, président du parti Jil Jadid (nouvelle génération), 23.04.2012 à Alger : « sans passé, sans racines, nous ne pouvons pas construire l'avenir. Nous ne pouvons pas renier l'apport des anciennes générations. Nous plaidons pour l'édification d'un Etat moderne, fondé sur l'héritage de nos aïeux et l'apport de la nouvelle génération. »

Khaled Bounedjma, président du Front pour la justice sociale (FNJS), 23.04.2012 à Médéa : « le plus important est d'assister à un sursaut national et voir l'Algérie triomphée de ses ennemis. »

Louisa Hanoune, secrétaire générale du Parti des Travailleurs (PT), 23.04.2012 à Aïn Defla : « nous devons nous surpasser pour être à la hauteur des aspirations de millions de citoyens. »





Omar Bouacha, président du mouvement El-Infitah, 22.04.2012 à Naâma : « le choix de personnes capables de sortir le pays de ses crises, est l'un des défis de l'étape actuelle. »

Khaled Bounedjma, président du Front national pour la justice sociale (FNJS), 22.04.2012 à Tlemcen : « la fidélité aux chouhada est une revendication nationale à prendre en considération en vue d'amorcer une croissance sociale et économique du pays. »

Driss Khoudir, président du Parti républicain progressiste (PRP), 22.04.2012 à Constantine : « le peuple ne peut en aucun cas tolérer de voir ses droits à l'alternance au pouvoir bafoués par des gens qui refusent de céder le fauteuil du pouvoir une fois qu'ils l'ont occupé. »

Abdelaziz Belkhadem, secrétaire général du Front de libération nationale (FLN), 22.04.2012 à Tiaret : « des apprentis sorciers veulent nous imposer un changement à l'image de ceux qui se sont produits en Tunisie, en Libye, en Egypte et actuellement en Syrie. Toutefois, le peuple algérien est conscient de ce qu'avait vécu le pays durant la décennie noire. »

Amara Benyounes, président du Mouvement populaire algérien (MPA), 22.04.2012 à Bouira : « le changement préconisé par le MPA consiste dans l'édification d'un Etat populaire et démocratique respectant les libertés individuelles et collectives, et non dans un retour à la décennie noire. »

Mohand Oussaid Belaid, président du Parti pour la liberté et la justice (PLJ), 22.04.2012 à Naâma : « le changement s'impose en Algérie devant les enjeux auxquels elle fait face. »

Abdellah Djaballah, président du Front de la justice et du développement (FJD), 22.04.2012 à Médéa : « il n’est nullement dans notre attention d’œuvrer à l’instauration d’un Etat théocratique, calqué sur les expériences qui ont vu le jour ailleurs, mais nous allons travailler pour l’émergence d’un Etat islamique qui fonctionnera sur le modèle démocratique. »

Moussa Touati, président du Front national algérien (FNA), 22.04.2012 à Bejaia : « il faut vous mobiliser mieux que jamais et surveiller de près l’opération du vote, de l’émargement jusqu’au dépouillement. »

Amara Benyounes, secrétaire général du Mouvement populaire algérien (MPA), 22.04.2012 à Bouira : « tous les Algériens sont des musulmans et aspirent à la démocratie et à s’ouvrir sur le monde. »

Sofiane Djilali, président du parti Jil Jadid (nouvelle génération), 22.04.2012 à Alger : « bien que le parti ne dispose pas d’un programme de solutions sur mesures, il se veut porteur d’idées pratiques et claires basées sur un projet à même de lutter contre certains fléaux et relancer l’économie. »

Naima Salhi, présidente du Parti de l'équité et de la proclamation (PEP), 22.04.2012 à Djelfa : « il est impératif de ne pas laisser le champ libre aux tenants du boycott et d'aller choisir des candidats dignes de vous représenter. »

Ahmed Ouyahia, secrétaire général du Rassemblement national démocratique (RND), 22.04.2012 à Jijel : « le retour de la paix, de la stabilité et de la sérénité a ouvert les portes au développement socio-économique du pays. »

 

Ce contenu a été verrouillé. Vous ne pouvez plus poster de commentaire.

DIlem
DILEM DU 20 AVRIL 2014
Galerie Agrandir

LE SCRUTIN EN IMAGES

CONTRECHAMP
video

Galerie photos
Vote à Nedroma (Tlemcen)
Vote à Nedroma (Tlemcen)
Galerie Agrandir
LIBAN
Bannière
Bannière
Bannière
LIBERTE MOBILE
Bannière

Élection Présidentielle

Voir toute La rubrique

Dernières infos