Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

Économie / Dossier economique

difficultés d’accès au foncier, manque de main-d’œuvre qualifiée et mauvaise qualité de service

Ces obstacles qui freinent le tourisme

©D. R.

Adaptation

Les investissements dans les infrastructures hôtelières en Algérie sont en forte progression. Des dizaines de milliers de lits  sont en cours de réalisation. Cette nouvelle capacité viendra s’ajouter à l’infrastructure hôtelière actuelle : plus de 100 000 lits. Dans deux à trois ans, le paysage touristique local  sera bouleversé avec  l’ouverture de nombreux hôtels  dont plusieurs de classe internationale. Les perspectives sont très prometteuses d’autant que les pouvoirs publics tablent entre autres secteurs importants sur le  développement du tourisme pour atteindre l’objectif de  diversification économique du pays.
Mais le rythme de développement du tourisme en Algérie est très en deçà des attentes. On enregistre plusieurs grands projets de complexes touristiques bloqués à cause du problème du foncier ou en raison d’entraves bureaucratiques. Des infrastructures qui doivent être achevées en deux ans de travaux mettent plus de cinq ans. À cela s’ajoutent le manque de bureaux d’études spécialisés et le manque de main-d’œuvre qualifiée.  En somme, nombre d’investisseurs touristiques éprouvent des difficultés pour développer rapidement leur chaîne d’hôtels ou pour réaliser leur projet.
À  cela s’ajoute l’orientation du tourisme local. Il cible principalement le tourisme d’affaires, la clientèle fortunée, d’où le profusion d’hôtels de luxe. Ce qui n’est pas une chose négative. Le besoin  de retour sur investissement est sans doute derrière ce choix. Mais face à l’inadaptation de l’offre par rapport à la demande de la majorité des Algériens, les pouvoirs publics devraient également  encourager l’investissement dans les  hôtels de deux à trois étoiles, en un mot dans un tourisme de masse de qualité. Sans quoi, les Algériens continueront à préférer la Tunisie  à des séjours dans leur propre pays et donc à encourager l’exportation de devises à l’étranger. Ce qui n’est pas sans conséquence sur la balance des paiements.
Autres contraintes : le peu d’écoles de formation dans le tourisme, le nombre insuffisant de managers locaux (gestion d’hôtels), l’intervention de non professionnels qui accaparent le foncier au détriment de vrais professionnels, la qualité du service insuffisante et la cherté des hôtels en Algérie par rapport aux pays voisins.
Il faut donc  encore du temps pour que l’Algérie devienne une véritable destination touristique et que l’offre touristique locale soit en qualité et en quantité en adéquation avec la demande domestique.  

Par : K. Remouche
k.remouche@gmail.com

Lire le dossier


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER
Commentaires
1 réactions
ALI MEDFA3 le 31/07/2016 à 14h35

Je ne suis pas d'accord avec vous car c'est tout simplement de l'incompétence, du responsable jusqu'au dernier travailleur il ne faut tromper les gens. Nous ne sommes pas qualifiés et n'avons ni la culture ni la mentalité pour, nos concitoyens préfèrent gagner beaucoup d'argent en peux de temps.

Commentaires
1 réactions