Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

Économie / Dossier economique

Pré-domiciliation bancaire

Elle sème le trouble

Annoncée le 15 mars dernier, l’obligation imposée aux opérateurs de déposer une demande de “pré-domiciliation bancaire électronique” a provoqué un début de panique. “À compter du 15 mars 2016, tout acte définitif de domiciliation des opérations d’importation ou d’exportation de biens et services est soumis à la procédure de pré-domiciliation électronique”, avait  indiqué la veille, le lundi 14 mars, une note de la Banque d’Algérie adressée aux banques. Les opérateurs devaient désormais accomplir une étape supplémentaire dans l’opération d’import ou d’export, à savoir remplir une demande de pré-domiciliation  sur les sites internet des banques et attendre sa validation avant de pouvoir déposer la demande de domiciliation.

Incompréhension
L’annonce de cette mesure, et surtout sa mise en application immédiate, a provoqué rapidement des réactions négatives de la part de nombres d’opérateurs économiques. Dès le mardi 15 mars certains d’entre eux déclaraient  aux médias que du côté des banques, “les sites internet n’étaient pas tous prêts à accueillir et traiter les demandes de pré-domiciliation de leurs clients”. Le même jour, on signalait que “des importateurs ont vu leurs marchandises bloquées au niveau des ports”. “L’application à la hâte de cette mesure a eu pour conséquence le blocage des matières premières ou des intrants importés par des industriels et destinés à produire aux fins de satisfaire le marché local. Des licences d’importation et même des opérations d’exportation ont été  gelées parce qu’elles sont soumises à cette pré-domiciliation. Au final, ça crée un frein à toute l’activité commerciale, et ceci entraîne inévitablement des arrêts préjudiciables à notre économie”, avait déploré le président de la CIPA, M. Abdelwahab Ziani, sur les ondes de la Radio nationale.

L’ABEF réagit
Après quelques jours de flottement, cette situation a conduit l’ABEF à expliquer en détail, le dimanche 20 mars,  dans un communiqué largement repris par les médias nationaux, les modalités pratiques de la pré-domiciliation bancaire électronique et  à rendre publique la liste des sites WEB des banques activant en Algérie à travers lesquels importateurs et exportateurs peuvent accomplir leur pré-domiciliation bancaire. “Cette mesure entre dans le cadre de l’amélioration du dispositif de contrôle et de facilitation administrative de traitement des opérations de commerce extérieur”, commentait  l’Association professionnelle des banques après avoir décortiqué l’ensemble de la nouvelle procédure.

H. H.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER