Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

Économie / Dossier economique

Mohamed-Cherif Belmihoub, consultant

Le budget d’équipement réduit de 30% : “C’est inquiétant”

 Mohamed-Cherif Belmihoub, consultant, professeur en management et développement industriel, analyse finement la rentrée sociale sous un angle économique. Il estime ainsi, dans une déclaration qu’il nous a faite, que les gens s’attendaient à ce que le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, fasse des annonces au plan économique et social. Il en a, en effet, fait, à l’occasion de l’ouverture de la session ordinaire de l’Assemblée populaire nationale (APN) pour l’année 2016-2017. Seulement, la principale annonce faite par Sellal reste celle relative aux taxes et impôts. Et là, note-t-il, il y a matière à pessimisme. Je m’en explique : Quand vous augmentez la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) de deux points, cela va se répercuter sur les prix, sur le pouvoir d’achat des ménages. Evidemment, il est faux de dire que les couches défavorisées sont épargnées par l’avant projet de loi de finances 2017. Par ailleurs, on a oublié de dire que le budget d’équipement sera réduit de 30%. Selon certaines projections, il le sera. Et, il faut «s’en inquiéter, dit-il, car, ce n’est pas un bon signe, lors qu’on opère un tour de vis dans le budget d’équipement. Il y a par ailleurs des syndicats qui agissent sur le front social. Et le gouvernement semble peu attentif à leurs doléances. Cela ne risque-t-il pas de rendre agité le front social. Belmihoub a un avis nuancé sur le sujet. Il souligne: «Je ne pense pas qu’il y ait de l’agitation sociale dans le court terme». Et, d’ajouter que l’union nationale des travailleurs algériens (l’Ugta) est dans le coup. Et, il est rassuré qu’il n’y ait pas de «compressions d’effectifs» dans la fonction publique et dans le secteur public. Il n’y aura pas de licenciement. Mais, ajoute-t-il, il n’y aura pas de recrutement, en dehors de l’éducation nationale. Mohamed-Cherif Belmihoub explique que les autorités essayent d’assurer un fonctionnement, plus ou moins, normal du pays jusqu’en 2019.


Y. S.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER