Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

Économie / Dossier economique

Consacrée pourtant dans la loi

Les mirages de la préférence nationale

S’il est un avantage qui se justifie économiquement et juridiquement, c’est bien la préférence nationale en matière de marchés publics.

Elle s’applique dans les appels d’offres. Et elle a toujours occupé une bonne place dans les discussions tripartites. Mais, dans la pratique, les entreprises du BTPH en bénéficient-elles réellement ? Aujourd’hui, l’économie nationale n’évolue pas dans la bonne direction, la situation reste atone. Et, le BTPH s’en ressent. L’Etat n’est pas généreux en matière de marchés publics, faisant en fait miroiter les mirages de la préférence nationale aux entreprises. Et conséquemment, le moral des chefs d’entreprise est au plus bas. Il existe manifestement encore des problèmes dans le BTPH. Pays à économie libérale depuis plus de 25 ans, l’Algérie n’a pas réussi à faire émerger une économie solidement structurée s’appuyant sur des secteurs importants comme celui de la construction. La preuve, le BTPH compte mollement dans l’évolution de la croissance de l’économie. Les entreprises qui y opèrent ne sont pas parvenues à s’imposer dans une économie ouverte, mais pas toujours équilibrée, faisant souvent la part belle aux sociétés étrangères.
En ces temps de crise en Europe, Français, Espagnols, Portugais, entre autres, participent en nombre aux différents salons professionnels organisés à Alger à la recherche d’opportunités de marchés dans un pays qui leur sert souvent de relais de croissance. Les sociétés étrangères sont suffisamment outillées pour surpasser les locales. Et cela fait grincer des dents. Du reste, des organisations patronales grossissent souvent le trait dès lorsqu’ils évoquent les difficultés qu’ils rencontrent sur le terrain de la concurrence et les problèmes liés à l’attribution de marchés. L’Association générale des entrepreneurs algériens (AGEA) en fait partie. L’organisation que dirige Mouloud Kheloufi a bénéficié de nombreux projets de construction de logements. Mais cela ne l’empêche pas de mettre en relief un chapelet d’obstacles qui se dressent devant les entreprises.
L’AGEA ne se contente pas d’énumérer des difficultés, souvent connues, mais de formuler des propositions, recommandant, par exemple, une “étude prospective” sur le secteur de la construction. Les entreprises posent les problèmes relatifs à la préférence nationale, mais également la difficulté à se procurer des ressources financières à des conditions attractives. Conjugués ou pris séparément, ces difficultés sont souvent un frein au développement de la PME exerçant dans le BTPH. Pour l’AGEA, les établissements financiers répondent parcimonieusement aux sollicitations des PME qui ont besoin de capitaux d’amorçage et d’investissement en raison de coûts de transaction élevés et de garanties souvent insuffisantes. De plus, les banques rechignent à endosser les créances des entreprises, ce qui met en difficulté celles qui se portent bien.
Que des entreprises aient accès à la commande publique, cela ne fera pas que les problèmes d’ordre financier ne se posent pas, parce qu’il y aura toujours des sociétés qui doivent attendre pour se faire payer, a fortiori, dans un contexte de crise caractérisé par l’amenuisement de la ressource.


Y. S.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER