Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

Économie / Dossier economique

BATIMATEC 2016

Quel rôle de l’État dans le secteur de la construction ?

Dans son message aux travailleurs à l’occasion du 1er Mai, le président de la République, tout en reconnaissant la gravité de la crise qui nous impacte, a réaffirmé la nature sociale et économique de l’État.

“La générosité de l'État, lorsqu'il disposait de ressources extérieures considérables, s'est traduite par la réalisation de millions de logements au profit des familles…”, a-t-il affirmé s’agissant du secteur de l’habitat. Concernant la 19e édition de Batimatec, il faut dire que, malgré la crise, la perspective de gros marchés explique en grande partie l’engouement que cette manifestation suscite, comme du reste lors des précédentes éditions. Pour rappel, il faut dire que ce forum lancé en 1998 en Algérie a fini, au cours du temps, par s’imposer comme un espace incontournable et une référence pour les professionnels du bâtiment et des TP dans le pourtour méditerranéen. Outre l’intérêt économique et financier qui focalise en premier lieu l’attention des entreprises, l’exposition des innovations en matière de techniques de construction et les échanges d’expériences entre professionnels, universitaires et chercheurs du secteur ont contribué, à l’évidence, au succès de cette rencontre. Au-delà des aspects techniques, ce salon s’est tenu dans un contexte particulier marqué par de nouvelles opportunités (programme de construction d’un million de logements) d’investissements, mais également dans une situation de crise économique et financière que traverse notre pays. Pour les organisateurs de ce forum, il s’agit de définir les règles du jeu qui régissent les relations de partenariat avec les firmes étrangères qu’il faut, bien évidemment, encourager à investir dans notre pays. Le respect de notre législation en matière de passation de marchés publics et de contrôle de conformité aux normes universelles de qualité et de respect de l’environnement doit être de rigueur. Ensuite, comme affirmé maintes fois par les pouvoirs publics, en matière d’études et d’ingénierie, la priorité absolue doit être accordée aux capacités nationales publiques et privées, sauf là où elles n’existeraient pas. Cette option vaut également pour le volet réalisation en associant le secteur privé national productif à la dynamique d’ensemble. Enfin, compte tenu des hésitations des firmes étrangères à investir en Algérie, hésitations mesurables à travers la faiblesse des IDE – investissements directs étrangers – le plan de développement 2014-2017 devra constituer une nouvelle opportunité de reformulation de la stratégie nationale de captation des IDE sans “frilosité” en introduisant davantage de transparence dans la gestion des méga-projets et de l’économie en général. Par ailleurs, cette rencontre peut servir de point d’appui au prolongement de la réflexion autour des conditions de reformulation des stratégies urbanistiques en rupture avec l’anarchie qui caractérise l’environnement et la structuration architecturale des grands centres urbains. Le ministre de l'Habitat, de l'Urbanisme et de la Ville, lors des premières rencontres algéro-françaises sur le bâtiment et le second œuvre, selon l’APS, a appelé les entreprises françaises du secteur du bâtiment à développer des partenariats durables et diversifiés en Algérie, en insistant sur la nécessité de converger vers la concrétisation d'un partenariat gagnant-gagnant durable. La France, dans une situation économique précaire, semble courtiser le marché algérien dans ses propres intérêts. Il reste, en l’état actuel des choses, que les intentions exprimées risquent d’être hypothéquées par un climat des affaires en décalage par rapport au discours officiel.


A. H.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER