Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

Économie / Dossier economique

Alors que la détérioration des marchés pétroliers se poursuit

Quelles perspectives pour le BTPH ?

Et les perspectives pourraient être plus défavorables que prévu, dans le court terme, si les cours de l’or noir ne se redressent pas. Signe de la crise, le Btph a connu une croissance établie à 4,8% au dernier trimestre 2015, contre plus de 12,7% pour la même période de l’année précédente. Pour l’ensemble de l’année 2015, la croissance dans le secteur a été de 5,3%, contre 6,8% en 2014. Par ailleurs, le Btph, n’étant pas au mieux de sa forme, tire vers le bas des activités annexes comme les matériaux de construction. La branche a enregistré une baisse, quoique légère (0,3%), au quatrième trimestre 2015. Elle a néanmoins ajusté les courbes en début d’année. En effet, les matériaux de construction affichent un relèvement de leur production au premier trimestre 2016 en inscrivant une variation appréciable de +5,0%. Cette tendance est palpable au niveau de l’ensemble des activités relevant du secteur, notamment la fabrication des produits en ciment et matériaux de construction divers dont la croissance se situe respectivement à 29,9% et à 20,5%. Encore faut-il pouvoir maintenir la tendance haussière sur toute l’année 2016 et 2017. Ahmed Guettiche, secrétaire national chargé des relations générales à l’UGTA, estime, dans une déclaration qu’il nous a faite, que le Btph n’est pas le seul secteur dont l’activité s’est relativement rétrécie du fait de la crise pétrolière que connaît le pays depuis mi-juin 2014. Indépendamment de cette crise, ajoute-t-il, le Btph souffrait de problèmes (crédits bancaires, paiement, retards dans la réalisation de projets, plans de charge… ) et continue d’en souffrir. Pourtant, le Btph fait partie des activités locomotives de l’économie nationale. Le salariat, par exemple, qui continue de constituer la forme d’emploi dominante et touche en moyenne sept occupés sur dix (69,4%) y occupe une bonne place. La preuve, la structure de l’emploi dans le pays, selon le secteur d’activité, fait ressortir que le secteur des services absorbe 60,8% de la main-d’œuvre totale, suivi par le Btp (17,8%), l’industrie (12,6%) et enfin l’agriculture (8,8%). Le Btph fait ainsi mieux que l’industrie et l’agriculture. Il ne fait pas de doute que le secteur du Btph dégage de la performance, soutenu par l’État, par la grâce du pétrole et de la dépense publique. Plus de 4100 milliards de dinars ont été prévus aux travaux publics dans le cadre du plan quinquennal 2015-2019. Le programme public de développement en matière de travaux publics pour la période 2010-2014, financé par l’État, prévoyait, lui, un budget global de l’ordre de 6 447 milliards de dinars. Mais, l’exubérance appartient au passé ? Ahmed Guettiche semble lui optimiste. Il a eu cette déclaration : “Je ne suis pas  de ceux qui entrevoient exagérément l’avenir avec des lunettes teintées de rose, mais si tout le monde est mobilisé face à la crise, cela nous  permettra de regarder l’avenir avec  confiance” ; un point de vue qui rejoint celui développé par  Rehaïlia Chaouki, président-directeur général de Geomag, un vieux routier dans le domaine des travaux publics. Rehaïlia affirme que l’entreprise qu’il dirige, disposant d’un bon carnet de commande, n’a pas de souci à se faire pour les deux prochaines années. Toutefois, relève-t-il, si cette crise continuait, cela risquerait de nous créer des problèmes en termes de projets et d’empois.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER