Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

Économie / Dossier economique

Economie

Repères

 TPE : taxe sur les profits exceptionnels fait partie des principaux  amendements à la loi sur sur les hydrocarbures de 2005. Cette disposition a été promulguée en 2006. Le motif : les prix du pétrole sont passés de 20 dollars à 140 dollars, il fallait utiliser le droit souverain de l’Algérie sur ces richesses, en clair récupérer une partie de la rente, écrémer les gros profits des partenaires réalisés grâce à cette hausse importante des prix du pétrole au profit de l’Algérie. La disposition impose une taxe de 5 à 50% sur la valeur de la production quotidiene du gisement exploité en partenariat entre Sonatrach et la ou les compagnies étrangères sur la base d’une moyenne mensuelle des prix du brut. La TPE concerne les contrats conclus dans le cadre de la loi 86-14

- TFT : Tin Fouye Tabankort, gisement de gaz humide, objet du litige. Le contrat de TFT a été signé en 1996 entre Sonatrach, Total et Repsol. Il produisait dans sa phase plateau 4 milliards de mètres cubes/an de gaz mais aussi des liquides : condensat et GPL. Total est l’opérateur de ce champ. Le groupement a investi en 2010  pour maintenir la phase plateau pendant plusieurs années.

- L’après Christophe de Margerie : L’ex-P-DG de Total, Christophe de Margerie, déclarait début 2010 dans un entretien exclusif accordé au quotidien, Liberté qu’il voulait faire de l’Algérie l’un des principaux centres d’interet de Total en Algérie. La compagnie française envisageait à son époque d’investir 5 milliards de dollars dans les deux gros projets : le complexe de vapocraquage d’ethane d’Arzew et le développement du champ de gaz de l’Ahnet situé au sud ouest. Les longues discussions entre les deux parties n’ont pas abouti. Sonatrach a repris seul le développement du champ de l’Ahnet. Elle ne parle plus du complexe de vapocraquage d’ethane. Avec l’arrivée de  nouveaux patrons de Total, l’Algérie ne semble plus faire partie des priorités de Total.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER