Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

Économie / Dossier economique

Perspectives 2017

Vers une inflation à deux chiffres ?

La loi de finances 2017, signée par le président de la République, est désormais exécutoire à compter du 1er janvier. Les craintes des citoyens deviennent ainsi réalité et l’inflation prend son envol.

Pour rappel, le président de la commission des finances et du budget de l'Assemblée populaire nationale (APN), dans une déclaration à la presse avant la réunion de la commission, avait affirmé que “les taxes prévues dans le projet de loi de finances pour 2017 pourraient engendrer une inflation de 7 à 9%”. Pour sa part, lors de la présentation du projet devant la commission des finances de l’APN, le ministre des Finances, Hadji Baba Ami, avait déclaré que “le taux d'inflation a atteint 6,03% à fin juin, contre 5,32% à la même période (1er semestre) en 2015”. Il avait ajouté que “l'État veillait à préserver le pouvoir d'achat du citoyen”. “Les tarifs des produits de première nécessité resteront inchangés.” Le Premier ministre, lors de son intervention télévisée le jour même de la signature de la loi, se voulant rassurant, avait tenu le même discours.
Mais la réalité est tout autre au regard de l’envolée des prix au niveau de la sphère commerciale. Faut-il rappeler que bien avant l’entrée en vigueur de la nouvelle loi de finances, les spéculateurs, anticipant les futures augmentations des prix, avaient procédé illégalement à des hausses inconsidérées des prix de leurs produits (allant des cigarettes et des produits de large consommation jusqu’aux œufs, aux poissons, aux viandes blanches, aux fruits et légumes et autres produits électroménagers et matériaux de construction) sans qu’ils soient inquiétés par les services de contrôle relevant du secteur du commerce. Cette défaillance des organes publics chargés des missions de contrôle a accentué la dérégulation de la fonction d’encadrement du marché et a favorisé la spirale inflationniste avant terme.
Au demeurant, de nombreux experts, qui avaient jugé les données d’encadrement budgétaire 2017-2019 relativement fiables, n’ont cependant pas manqué d’émettre de sérieuses réserves sur la capacité des pouvoirs publics à maîtriser l’inflation telle que projetée par le nouveau modèle de croissance.
C’est dans cet esprit qu’ils n’excluent pas une tension inflationniste à deux chiffres dans le courant de l’année 2017. Un constat amer que le citoyen lambda évoque face aux étals des marchés et des superettes. Comment peut-on, décemment, affirmer que le taux d’inflation avoisinerait les 9%, sachant pertinemment que le faible niveau de productivité de l’appareil de production nationale, la dérive continue du dinar, l’insuffisance de l’offre par rapport à la demande influent directement et négativement sur le niveau d’inflation ?
Une inflation à deux chiffres demeure plausible, d’autant que les fonctions régaliennes de l’État, telles que la régulation du marché, le contrôle de la qualité des produits aussi bien locaux qu’importés, la lutte contre la fraude fiscale et les transferts illégaux de devises, ne sont pas totalement assumées.
À l’ensemble de ces facteurs objectifs aggravants, il faut intégrer l’instabilité du marché mondial de l’énergie qui peut, à tout moment, connaître des retournements sous la pression des enjeux géopolitiques.

A. H.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER