Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

A la une / Dossier

Arrêtés anti-burkini sur les plages françaises

Amnesty International dénonce une “atteinte aux libertés”

L’organisation non gouvernementale Amnesty International a vivement réagi aux arrêtés des maires français interdisant le port du burkini sur les plages de leurs circonscriptions, estimant que cela porte “atteinte aux libertés d’expression et de religion” des femmes musulmanes. “Le fait de ne pas annuler l'interdiction du burkini est une atteinte aux libertés d'expression et de religion des femmes et à leur droit de ne pas subir une discrimination”, a déclaré Amnesty International dans un communiqué, avant que la justice française n’annonce l’annulation des arrêtés anti-burkini. “Cette requête examinée le 25 août offre à la justice française l'occasion d'annuler une interdiction discriminatoire qui se fonde sur, et qui nourrit, des préjugés et l'intolérance”, avait déclaré auparavant John Dalhuisen, directeur du programme Europe d'Amnesty International. “Les autorités françaises doivent cesser de prétexter que ces mesures sont destinées à protéger les droits des femmes. En réalité, ce type de mesures discriminatoires et invasives restreint les choix des femmes, viole leurs droits et conduit à des violences”, a-t-il ajouté. “Si les autorités françaises étaient réellement déterminées à protéger la liberté d'expression et les droits des femmes, ces interdictions abusives seraient immédiatement et inconditionnellement suspendues”, a-t-il estimé. Son appel a été entendu donc, après examen des requêtes déposées par plusieurs associations et organisations de défense des droits de l’Homme en France. Pour rappel, le Conseil français du culte musulman de France (CFCM) a été reçu mercredi après-midi “en urgence” par le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve, afin d’annuler ces arrêtés qui ont provoqué la polémique aussi bien en France qu’à l’étranger.

L. M.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER