Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

A la une / Dossier

Point de vue

“Cannes et can not”

Le seize août dernier, une femme a été verbalisée sur une plage de Cannes parce qu’elle portait un foulard sur la tête. La presse et des témoins ont fait part de propos vexatoires adressés à la jeune femme par des badauds présents sur les lieux, et particulièrement ceux qui reviennent comme des leitmotivs en pareilles circonstances : “Rentrez chez-vous.” Chez vous, chez nous, voilà des notions qui mériteraient d’être cernées. Un musulman de nationalité française est-il assimilé, dans le subconscient des Français, à un éternel étranger ? Un Maghrébin français l’est-il moins qu’un Auvergnat ou un Normand “de souche” ?
La loi française interdisant tout fichier établi sur la base de l’appartenance ethnique, raciale ou religieuse, il est difficile de connaître avec précision le nombre de musulmans dans ce pays. Chercheurs et politiciens se voient contraints de recourir à d’autres méthodes, dont les sondages, pour estimer la population musulmane de France. Des études récentes l’estiment à entre 6 et 9 millions dont les Maghrébins représenteraient au moins 50%. Au-delà de ces chiffres, un peu plus un peu moins, l’objectivité commande de dire que le nombre de musulmans est loin d’être négligeable en France. Comme nul ne dispose, du moins publiquement assumées, de statistiques de ces musulmans qui sont de nationalité française, l’on ne peut que se hasarder à travailler sur l’hypothèse, forcément arbitraire, que la moitié des musulmans vivant en France (y compris évidemment ceux qui ont la double nationalité) le sont. Ainsi, entre 3 et 4,5 millions de musulmans seraient des Français. Cette proportion autorise à penser qu’il y a des probabilités pour que la musulmane voilée verbalisée récemment par la police municipale sur une plage de Cannes soit une française. Le propos ici n’est pas de justifier ou de condamner le port du voile par une Française, mais de mettre le doigt sur le ridicule des estivants qui criaient des “Rentrez chez vous” à la face de la pauvre dame. Rentrer où, puisque la France serait son pays. Imaginons l’état d’esprit de tous les Français musulmans qui se verraient intimer cet “ordre d’évacuation” hors du territoire. Cela ne suggère nullement que cette agression verbale serait moins grave pour des musulmans non français. Même les sans-papiers ont droit au respect tant qu’ils sont sous la protection de l’État français, jusqu’à leur éventuelle conduite aux frontières.
Dans un État de droit, dans une culture “républicanisée”, on se contentera d’appliquer et de voir s’appliquer la loi, et non d’exprimer des positions fondées sur l’ignorance des réalités et les réminiscences personnelles.
À supposer que certains préconisent de “faire rentrer chez eux” les musulmans, français ou détenteurs de titres de séjour légaux, comment s’y prendraient-ils ? En organisant des navettes de boat people ? Les feraient-ils parvenir à bon port ou les abandonneraient-ils au gré des vagues en Méditerranée, puisque, soyons directs, les Maghrébins sont les principaux visés par toutes ces agitations ? Les initiés de la politique en France seraient tentés de rassurer les musulmans qui vivent dans ce pays. Les tempêtes, souvent dans un verre d’eau, durent le temps des campagnes électorales.
L’année prochaine, à l’issue des scrutins présidentiel et législatif, les élus, les médias et une partie des Français s’installeront dans la routine… jusqu’aux prochaines échéances. Peut-être qu’ils trouveront d’autres boucs émissaires que les musulmans. À chacun son tour dans un pays où l’on s’applique à provoquer les fractures et à élargir les fossés.

A. B.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER