Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

A la une / Dossier

Louisa Hanoune :

“C’est Hamid Grine qui a politisé le conflit”

Louisa Hanoune, qui a tenu à participer au rassemblement de solidarité avec les travailleurs du groupe El Khabar devant le tribunal administratif de Bir-Mourad-Raïs, se montre catégorique : “Si on muselle la presse, à quoi servira le multipartisme ? C’est Hamid Grine qui a politisé le conflit en s’attaquant à trois journaux. Ce ne sont ni El Khabar ni Issad Rebrab.” Omar Belhouchet confirme. Il témoigne de l’acharnement des pouvoirs publics contre des titres ciblés de la presse privée : “Ils nous ont considérablement affaiblis financièrement. En six mois, des journaux ont perdu 60% de leurs recettes publicitaires. Si nous n’avions pas les reins solides, nous n’aurions pas tenu le coup.”
Mme Hanoune acquiesce, compatissante. “Ils veulent qu’on parle des scandales ? Eh bien, nous le ferons”, assène-t-elle. Pour elle, il n’est plus question de fermer les yeux plus longtemps “devant la politique de deux poids, deux mesures ; le pillage de la publicité ; le siphonnage des deniers publics…”, au moment où le pays est confronté à une conjoncture économique épineuse. “Nous ne pouvons plus nous taire. Si El Khabar disparaît, aucun journal n’aura plus de ligne éditoriale libre et les partis politiques n’auront plus aucune raison d’exister. Si nous nous taisons, c’est le totalitarisme qui avancera à grands pas, parce que, hélas, il y a un groupe qui a accaparé le centre de décision, dont le secteur de la communication. D’ailleurs, nous n’avons pas besoin d’un ministère de la Communication”, développe-t-elle. Elle revient sur l’appel qu’elle a reçu, il y a quelques jours, du ministre de la Communication.
“Il a prétendu n’y être pour rien. Je lui ai répondu : ‘Levez alors la main sur El Khabar.’ Qu’il reconnaisse qu’il a eu tort et qu’il corrige sa démarche.” Interpellée sur son décryptage de cet appel, la secrétaire générale du PT affirme que M. Grine semble désarçonné par la forte mobilisation autour de la cause d’El Khabar. “Il ne s’attendait pas à une telle levée de boucliers ; à une prise de conscience extraordinaire. Je l’ai constaté lors de mes déplacements dans les wilayas. Les lecteurs d’El Khabar avoisinent le million. Ils sont prêts à le défendre.
De toute manière, il faut se mobiliser pour éviter de fragiliser davantage l’État algérien. Par sa démarche, le ministre de la Communication met en danger le pays, et non pas les journaux qui disent la vérité. Je ne suis pas venue défendre la démocratie, car elle est broyée depuis longtemps. Je suis ici par patriotisme”, analyse-t-elle.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER
Commentaires
1 réactions
afalkou le 12/05/2016 à 22h49

Madame, excusez moi de vous le dire, vous n’êtes plus crédible. Vous avez une part de responsabilité dans la situation actuelle, pour avoir cautionné le quatrième mandat de Bouteflika tout en sachant qu’il est gravement malade et incapable de gouverner. C’est une faute politique impardonnable ! Les gens d’El-khabar sont capables de se défendre, ils n’ont pas besoin de votre soutien.

Commentaires
1 réactions