Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Dossier

17 avril 2014 - 17 avril 2015

L’année de la léthargie institutionnelle

Le chef de l’État le jour de sa prestation de serment. / Louiza/Archives Liberté

L’incapacité du chef de l’État, Abdelaziz Bouteflika, qui a concentré entre ses mains le principal de la décision politique à assurer une présidence normale, a grandement affecté la vie institutionnelle.

Le 17 avril, le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, aura consommé la première année de son quatrième mandat d’affilée à la tête de la magistrature suprême. Une année d’un mandat que d’aucuns qualifient de mandat de trop. À raison, étant donné sa santé franchement déclinante, suite à un AVC en avril 2013, et qui l’a maintenu convalescent depuis. Sa réélection, en dépit d’un état d’impotence avérée, a impacté très négativement sur la vie institutionnelle. Ses activités, durant ces douze mois, ont été réduites au strict minimum... à celles qui ne nécessitent pas un gros effort physique.
Au lendemain de sa reconduction, dans les circonstances qu’on connaît, il a remanié le gouvernement, puis s’est résigné à des apparitions télévisuelles sporadiques, à l’occasion des Conseils des ministres ou recevant des convives nationaux ou étrangers lui rendant visite dans sa résidence à l’ouest de la capitale.
À son bureau à la présidence de la République, il ne s’y est rendu qu’en de rares occasions, uniquement pour y tenir des Conseils des ministres. Très peu, en somme. Dans l’intervalle, il n’a convoqué et n’a présidé, en effet, que quatre Conseils des ministres et deux Conseils interministériels restreints. Très en deçà du rythme que cette institution devait avoir, notamment au vu de la prépondérance, dans le régime politique algérien, de l’exécutif sur le législatif. La réduction drastique des Conseils des ministres a eu, pour entre autres conséquences, un ralentissement remarquable du rendement parlementaire. Faute de projets de loi en nombre conséquent, dont le gouvernement reste le principal, sinon l’unique pourvoyeur, les sessions du Parlement étaient quasiment des sessions à blanc. Cette situation d’atonie parlementaire s’est accompagnée de dysfonctionnements dans plusieurs secteurs et à tous les niveaux. Mais la plus dramatique des conséquences de l’incapacité de Bouteflika à assurer une présidence normale, reste incontestablement l’état de somnolence profonde qui a atteint toutes les institutions.
À tel point d’ailleurs que la question de qui gouverne réellement est soulevée publiquement, notamment suite au message lu en son nom à Ghardaïa à l’occasion du 19 Mars dans lequel une phrase intercalée a semé le doute sur l’auteur véritable du texte. Le doute était permis dès lors que l’opinion ne sait plus si le président jouit de toute la lucidité qui lui permettrait de réfléchir, de se rendre à des actes politiques et d’accomplir des missions. Son absence des forums internationaux ne peut qu’avoir affecté l’effort diplomatique consenti par Lamamra et réduit de l’influence à laquelle le pays pouvait aspirer dans le concert des nationaux.
Jauger, par ailleurs, à l’aune de ses promesses électorales, celles faites en son nom par son directeur de campagne, Abdelmalek Sellal, le bilan politique de Bouteflika est maigre, sinon négatif. À tout le moins, il a manqué, durant cette première année du quatrième mandat, de mettre en forme son projet phare relatif à la révision de la Constitution. Il boucle l’année sur un épais cafouillage autour de ladite révision.

S. A. I.

 LIRE LE DOSSIER LES PROJETS PHARE DU CHEF DE L'ÉTAT
TOUJOURS EN ATTENTE 4e mandat : 1 année à blanc

Qui décide ?
Le Dr Rachid Tlemçani met en garde contre “le scénario du chaos”
Où est l’homme qui ne voulait pas être un trois quarts de Président ?
Le mandat du silence… et des contradictions
De l’article 88 à l’Isco
Les ratés de la communication officielle
Le “Petit Journal” et les montages de l’ENTV
CAN-2017 : l’autre flop
Économie : stagnation et menace de récession
Chute et peur panique
C’est la paralysie générale

ARTICLES CONNEXES

  • Opacité et cacophonie au sommet de l’état
    Qui décide ?

    Les séquelles invalidantes de son AVC ont astreint le président Bouteflika à un rythme de travail aménagé. Conséquence immédiate : le centre de gravité du pouvoir a subi un glissement géographique majeur.

  • Dans un entretien à “Liberté”
    Le Dr Rachid Tlemçani met en garde contre “le scénario du chaos”

    Dans cet entretien, le professeur en relations internationales et sécurité régionale à la faculté des sciences politiques dresse un bilan négatif de la première année du quatrième mandat(...)

  • Le Premier ministre le remplace dans ses obligations protocolaires et diplomatiques
    Où est l’homme qui ne voulait pas être un trois quarts de Président ?

    Abdelmalek Sellal est sur tous les fronts, sous la double casquette de Premier ministre et de chef d’État par intérim, sans le titre officiel évidemment.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER
Commentaires
2 réactions
muhand le 16/04/2015 à 10h25

Bouteflika malade c'est son frère Said qui dirige avec la complicité de l'armée. Tout a été préparé pour passer la main au frère, il s'est juste trouvé que ce plan a fondu parce que des voix se sont élevées pour dénoncer la dangereuse glissade vers cette monarchie que Bouteflika voulait installer. C'est la raison qui a poussé Bouteflika a briguer ce mandat de plus en espérant gagner du temps pour réactiver son plan. L'entêtement de cette caste de voyous à vouloir coûte que coûte perpetuer..

muhand le 16/04/2015 à 10h33

......le système risque de faire exploser le pays. Puisque ce pouvoir refuse d'écouter le mécontentement des citoyens il n'y a qu'une seule réponse à lui donner, la fermeté dans le combat démocratique, la saisine des instances internationales pour mettre devant ses responsabilités ces dictateurs, et, une désobéissance citoyenne dans tout ce qu'on veut lui imposer. C'est juste une urgence tant qu'il est encore temps. On reparlera après de nationalisme brandi par ces valets de la France.

Commentaires
2 réactions