Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

A la une / Dossier

Abdelmalek Sellal à propos de la lutte contre la violence faite aux femmes

“Les résultats sont loin de l’objectif escompté”

Intervenant, hier, lors de l’ouverture des travaux de la 5e assemblée générale de la Déclaration de Kigali, Abdelmalek Sellal, Premier ministre, qui était accompagné par Ban Ki-moon, SG de l’ONU, a souligné que la violence à l’égard des femmes compte parmi “les plus graves et plus anciennes violations des droits de l'Homme”, regrettant qu’en dépit “des efforts colossaux déployés” pour l’éradiquer, “il nous incombe d'y consentir davantage pour venir à bout de toute forme de violence”. Pour le Premier ministre, “les résultats obtenus en quelques années sont considérables et encourageants” mais “restent bien loin de l’objectif escompté”. Le premier responsable de l’Exécutif a indiqué que “l’expérience algérienne peut servir de référence utile dans la mesure où la défense des droits des femmes et la lutte contre toutes les formes de violence faite aux femmes sont des priorités dans l'action menée par le gouvernement”, en application, a-t-il enchaîné, “des orientations du président de la République qui insiste toujours sur le fait que le moment est venu pour accorder à l'autre moitié de notre société la place que lui garantit la Constitution”.
Le Premier ministre a rappelé, dans ce contexte, qu’une stratégie nationale de lutte contre la violence faite aux femmes a été adoptée par l’Algérie depuis 2007, et elle concerne la protection, l'insertion sociale et économique et les réformes juridiques et institutionnelles pour lutter contre toute forme de violence. Cette même stratégie a servi de texte de référence pour l’élaboration de la nouvelle loi criminalisant la violence faite aux femmes. Cette même loi a été adoptée, pour rappel, en décembre 2015, et ce, après un retard de plusieurs mois, durant lesquels, les partis islamistes ont dénoncé “une atteinte aux fondements de la nation”. “L’adoption de cette loi est une concrétisation de la volonté de l'État à promouvoir la femme, à renforcer l'arsenal criminalisant la violence à son égard et protéger ses intérêts et sa dignité”, a dit M. Sellal, évoquant également la création d'un prix national de lutte contre la violence faite aux femmes, dont le but, a-t-il expliqué, est “d’appuyer les efforts de sensibilisation, de protection et d'éducation” qui “sont susceptibles de contribuer à l'élimination des préjugés qui engendrent la violence”. Concernant la 5e AG de la Déclaration de Kigali, le Premier-ministre a estimé qu’“elle est importante”, parce qu’elle permet “d’évaluer les activités de l'ONU et les efforts continentaux, notamment des services de sécurité”, auxquels une collaboration avec Afripol est impérative “pour identifier les meilleures pratiques et impulser l'action commune africaine pour juguler cette violence”. Organisée par la DGSN, la 5e AG de la déclaration de Kigali a vu la participation de plusieurs experts qui ont traité de l'aspect lié au rôle des organes de la sûreté dans l'enrayement de la violence à l'égard des femmes et des filles.


Mohamed Mouloudj


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER
Commentaires
1 réactions
no passaran le 08/03/2016 à 11h04

Si nombreux que soient ses méandres la rivière finit par se jeter dans la mer (Proverbe iranien)

Commentaires
1 réactions