Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

A la une / Dossier

Interdiction d’une conférence autour du 20 Avril

Remous à l’université de Bouira

Le pouvoir à travers ses relais, notamment à l’université Akli-Mohand-Oulhadj de Bouira, a encore une fois interdit des conférences autour du 20 Avril. Ainsi, et après avoir tenté en vain d’interdire la conférence-débat de Saïd Khellil, organisée avant-hier, les responsables de l’université ont récidivé en interdisant, dans la matinée d’hier, une conférence-débat initiée par les étudiants du département de la langue et la culture amazighe (DLCA) de Tizi Ouzou. En effet, et selon les organisateurs de cet événement, des agents de sécurité de l’université les ont carrément chassés de l’amphithéâtre où devait se tenir ladite conférence.
“On nous a interdit l’accès à la salle des conférences et des agents de sécurité nous ont même bousculés. C’est une grave atteinte à la liberté d’expression”, témoignera un des initiateurs de cette conférence contacté par téléphone. Les agents de sécurité avaient aussi pour instruction de ne pas autoriser les médias à pénétrer à l’intérieur de l’université. “Je suis désolé, mais j’ai un ordre très précis qui consiste à ne pas autoriser les journalistes à accéder à la fac”, expliquera un agent de sécurité. Selon nos informations, un étudiant a été légèrement blessé à la suite d’altercations avec les agents de sécurité. Dans un communiqué adressé à notre bureau, le collectif des étudiants du DLCA de l’université Akli-Mohand-Oulhadj condamne et dénonce vigoureusement “les méthodes policières” utilisées par les agents de sécurité. Le comité d’étudiants appelle à une grève générale, aujourd’hui, à travers l’ensemble de l’université.
Cette interdiction indique très clairement que les autorités veulent à tout prix empêcher les étudiants et le mouvement associatif local de s’exprimer sur les événements d’Avril 80. Hormis la conférence de Saïd Khellil, laquelle a été autorisée à la dernière minute et sous la pression des médias, l’administration de l’université Akli-Mohand-Oulhadj semble faire dans la censure et l’intimidation.

R. B.

Publié dans : qui a peur du 20 avril ?

ARTICLES CONNEXES

  • Conférence des acteurs d’Avril 80 à l’université de Tizi Ouzou
    “L’officialisation de tamazight n’est qu’un piège”

    Une dizaine d’acteurs et de détenus du Printemps berbère d’Avril 80 se sont retrouvés, hier, à l’auditorium de l’université de Tizi Ouzou pour animer conjointement(...)

  • Talaie EL-Houriat s’associe aux festivités du 20 avril
    “Le Printemps amazigh est inséparable du combat pour la démocratie en Algérie”

    Le parti Talaie El-Houriat a rendu public hier un communiqué dans lequel il s’associe aux festivités commémoratives de cet événement qu’il considère “comme une étape importante dans la sanctuarisation de l’identité nationale”.

  • DEUX MILITANTS ARRÊTÉS PUIS RELÂCHÉS À M’CHEDALLAH
    Le RCD dénonce une provocation

    Deux militants du RCD de la commune de M’chedallah, à l’est de Bouira, ont été appréhendés par les forces de police, dans la soirée du lundi, a-t-on appris par Kaci Bougara, coordinateur de la jeunesse libre du RCD à Bouira.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER