Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

A la une / Dossier

L’unité nationale, l’histoire et l’identité annoncées parmi les axes de la révision constitutionnelle

Tamazight sera-t-elle langue officielle ?

Le chef de l’État, Abdelaziz Bouteflika, a validé, avant-hier, lors d’un Conseil des ministres restreint, l’avant-projet de révision constitutionnelle. Le communiqué de la Présidence qui a sanctionné les travaux de cette rencontre, a évoqué, entre autres, “une consolidation de l'unité nationale autour de notre histoire, de notre identité et de nos valeurs spirituelles et civilisationnelles”, comme l’une des propositions substantielles de révision constitutionnelle. Par cet énoncé, fait-on allusion au statut réservé à la langue amazighe dans la future loi fondamentale ? Tout porte à croire que la prochaine Constitution voulue “consensuelle” par Bouteflika, réhabilitera tamazight en lui accordant le statut de langue officielle.
Cette revendication, portée par plusieurs générations de militants, finirait donc par arracher, après un combat homérique, un statut qui lui permettrait de prendre la place qui est la sienne dans la Constitution. Cette même revendication a été entérinée par plusieurs partis politiques et personnalités nationales qui avaient pris part aux différents rounds de consultation autour de la révision de la Constitution. Mais il est tout de même prématuré de se prononcer sur les intentions réelles du pouvoir. Et les militants de la cause le savent puisqu’ils se refusent pour l’heure de crier victoire. On peut, toutefois, penser que “la consolidation de l’unité nationale” doit passer nécessairement par une reconnaissance de tamazight comme langue officielle.
Cela dit, si le pouvoir devait accéder à cette demande sociale et politique, il le ferait, certes, en réponse à une exigence historique et à l’impératif de corriger une injustice, mais aussi pour parer à toute velléité d’attenter à l’unité nationale. Le pouvoir, qui a opposé, des décennies durant, une fin de non-recevoir à cette revendication, découvre-t-il miraculeusement, aujourd’hui, les vertus de tamazight comme ciment de l’unité nationale ? L’énoncé ajoute que la consolidation de l’unité nationale se fera aussi “autour de nos valeurs spirituelles et civilisationnelles”.
Si la référence à l’islam est déjà contenue dans les différentes lois fondamentales qu’a connues le pays, il n’est pas exclu que le futur texte fasse plutôt référence à la réconciliation nationale comme un repère “spirituel” et “civilisationnel” des Algériens, de par toute la “philosophie” appelée à la rescousse dans le projet de réconciliation. Plusieurs personnalités du cercle présidentiel ont, par le passé, évoqué une possibilité d’introduire la charte pour la paix et la réconciliation nationale dans le préambule de la Constitution, comme un repère “indéniable” du peuple algérien.
Dans ce cas de figure, “la réconciliation” telle que “pensée” par le chef de l’État, englobera “une réconciliation de l’Algérie avec son histoire, sa langue et sa civilisation”, ce qui concernera, de fait, tamazight. Il faut rappeler dans ce contexte que le chef de l’État avait “juré”, lors d’un meeting à Tizi Ouzou, que “tamazight ne sera jamais officielle”, et que “si elle venait à être nationale, elle ne passerait que par référendum”.
Le chef de l’État sera déjugé par les événements de Kabylie de 2002, grâce auxquels elle est inscrite langue nationale. Se déjugera-t-il pour son officialité ? Seul l’avenir nous le dira.  

M. M.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER
Commentaires
2 réactions
AYLIMAS le 30/12/2015 à 13h27

Nous pouvons dire que cette amazighitude* se conjugue de nos jours en amazigh, en arabe amazighien, et en espagnol pour les habitants des Iles Canaries. Aujourd’hui, le peuple amazigh se bat pacifiquement pour que les pays qui composent cette terre de l’Amazighie* puissent retrouver la liberté et la paix par la réhabilitation officielle de leur identité historique amazighe et par la co-officialité de leur première langue nationale qui demeure un droit historique inaliénable. M.O KHACER

AYLIMAS le 30/12/2015 à 13h36

PLAIDOYER POUR UNE UNION AMAZIGHIENNE MAGHRÉBINE - NORD AFRICAINE (AVEC LES ÎLES CANARIES) (ASMLLIL AMAZGHAN) LA CO OFFICIALITÉ DE L'AMAZIGH ET LA GENERALISATION DU TIFINAGH. M.O KHACER : Courriel : afusdegwfus@gmail.com

Commentaires
2 réactions