Pour contacter la Rédaction Web de "Liberté" écrivez à cette adresse : redactionweb@liberte-algerie.comPour contacter la rédaction nationale (version papier)de "Liberté" écrivez à cette adresse : info@liberte-algerie.comSuivez-nous sur Twitter : @JournalLiberteDZ Suivez-nous sur Facebook:www.facebook.com/JournalLiberteOfficielChaque édition de la version papier (articles et PDF) est mise en ligne sur le site à 10h (GMT+1) et cela depuis le 05 octobre 2011
Dossiers Economiques Mercredi, 02 Novembre 2011 10:00 Facebook Imprimer Envoyer Réagir

Disparité des revenus entre la Fonction publique et le secteur productif

SALAIRES : CES ÉCARTS QUI CHOQUENT LES ALGÉRIENS

Par : Khaled R.

De l’inégalité salariale
Depuis janvier 2011, on a enregistré une longue série d’augmentations de salaires dans les différents corps de la Fonction publique. Médecins, dentistes, spécialistes et enseignants du supérieur notamment sont les bénéficiaires de ces revalorisations des rémunérations.
Paradoxalement, quitte à le répéter, ces rattrapages ont été effectués sans que l’État exige de ses fonctionnaires une contrepartie en matière d’amélioration des services. Pendant ce temps, ces dépenses n’ont pas été accompagnées d’une plus grande performance du secteur industriel. Du coup, ces mesures, au lieu d’apaiser le front social, ont pour conséquence une plus grande hausse des prix des produits de large consommation. En un mot, elles sont inflationnistes.
Ce que l’État tend d’une main, il l’arrache de l’autre. Par ailleurs, elles consacrent des disparités entre différents corps de fonctionnaires, entre les rémunérations de l’administration et les salaires du secteur public industriel. À cette allure, il vaut mieux choisir d’être un col blanc qu’un col bleu.
D’une part, ces augmentations posent à terme de sérieux problèmes en matière d’équilibres macroéconomiques. À moins d’une redynamisation du secteur productif, une véritable diversification de l’économie nationale, l’Algérie ne pourra assurer ces salaires et ces transferts sociaux dans 5 à 10 ans. En un mot, l’Algérie vit actuellement au-dessus de ses moyens. Elle n’est pas à l’abri du scénario grec, en cas de retournement durable du marché pétrolier. En tout état de cause, cette politique nous mènera tôt ou tard au chaos. Il s’ensuit que de meilleurs salaires et un meilleur pouvoir d’achat sont garantis par une économie fondée sur la performance et la productivité.
D’autre part, les grilles de salaires de la Fonction publique et de certaines entreprises publiques masquent les avantages que certains hauts dirigeants s’octroient : gratuité de la restauration, des frais de véhicule de service, voire même un véhicule à la disposition de l’épouse. D’aucuns parmi les dirigeants de banques publiques bénéficient, du reste, dans l’opacité, des avantages de leur poste d’administrateur dans les filiales implantées à l’étranger : jetons de présence en devises, frais de déplacements à l’étranger gratis.
Cette situation est caractéristique d’une économie rentière. Traire la vache à lait est plus rémunérateur que l’effort dans un atelier, une usine ou une mine. Si vous comparez la situation d’un député à un spécialiste en médecine, un professeur d’université ou à un chercheur qui travaille au moins dix fois plus, vous comprendrez qu’on est dans un système qui encourage la médiocrité et les courbettes au pouvoir en place. Cela explique pourquoi l’Algérie n’a pas une véritable politique salariale fondée sur le mérite, la performance ou la productivité. Il faudra peut-être que la panique s’installe chez nos dirigeants avec la chute des prix du baril pour que les décideurs se penchent sérieusement sur cette question dont l’enjeu est d’assurer notre développement durable et notre positionnement en tant que grand pays émergent. Ceci est loin d’être une politique sage, ni une bonne gouvernance.
Ceci est une gestion de court terme. Une gestion d’un épicier au lieu d’un stratège.
Pourtant, il suffit de jeter un coup d’œil sur les salaires des collaborateurs des entreprises étrangères et de grandes firmes privées algériennes qui connaissent une croissance à deux chiffres pour se rendre compte que la performance s’acquiert au prix d’une politique salariale axée sur le résultat.
K. R.
Libecosup@yahoo.fr

 

Commentaires

 
#25 samia 09-11-2011 13:32
[wallah ghir tu es le plus sensé malgré un niveau de 9ème année fondamentale.tu as raison
 
 
#24 must 06-11-2011 16:08
et pourqoui pas vive les harkis pendant que t u y est?
 
 
#23 nani 03-11-2011 19:17
Bonjour,
Effectivement comme l'a bien noté mon collègue ci dessous, concernant les salaires des ingénieurs de sonatrach qui sont faux , veuillez vérifier vos tuyaux et n'écrivez pas tout ce qu'on vous raconte sans avoir des ressources sure ! je suis ingenieur débutant et mon salaire est de 52 000 da et non pas 60 000da !
 
 
#22 toros 03-11-2011 11:03
Bonjour
je ne sais pas ou est ce que vous avez eu les chiffres concernant les salaires de sonatrach, mais sachez qu'ils sont faux. tout simplement parce que je travaille à sonatrach je suis ingénieur avec 20 ans d'expérience et mon salaire ne dépasse pas les 100.000 DA comme vous le dites mais juste autour de 68.000 DA alors SVP vérifiez vos tuyaux avant de publier.
 
 
#21 apis 03-11-2011 10:02
nous les fonctionnaires de l'agriculture , nous sommes les moins payer (indemnités) par rapport aux fonctionnaires du même ministère c'est à dire par rapport aux vétérinaires et aux forestiers.
 
 
#20 gre_bin 03-11-2011 09:06
doctour ! apprends d abord à ecrire correctement
pauvre algerie
 
 
#19 Sberdina 03-11-2011 08:27
Sir S.Smati ne devait pas être dans son état normal. Praticien spécialiste (BAC+13) avec 08 années d'exercice dans un secteur sanitaire, je ne perçois qu'un minable salaire de 48000 da. Le chiffre de 120 000 da avancé n'est que pure invention. A moins que ses sources l'aient induits en erreur.
Quand je vois qu'un employé d'un centre de recherche (j'évite volontairement le terme de CHERCHEUR) qui ne produit rien, fait du tourisme scientifique avec un poster bidon sans résultats scientifiques dans des pseudo colloques , et sans niveau intellectuel au sens propre du terme, je suis écoeuré.
Tandis que le médecin spécialiste est confronté au public, procure un soulagement aux malades et familles, son salaire de misére ne lui permet pas de mener une vie décente.
Je ne parlerais pas des ronds-de-cuir lesquels, sans diplome académique, occupent des postes aux avantages faramineux. El hadith Guiass!
 
 
#18 ahrahouth 03-11-2011 07:23
et les corps communs dans tout ça. les malheureux , il n'ont beneficie d'aucune valorisation. on augmente les uns , on delaisse les autres et on obtient le dernier d'un corps comme l'education classé a la 7 depasse le fonctionnaire d'un corps commun classé a la 10. c'est vraiment ridicule et insensé.
 
 
#17 l’inégalité salarial 03-11-2011 02:30
d'un cote on augmente les salaires des fonctionnaires de l’état et des responsables de 40% à 70%, le smig de 20%,les retraite de 4% de l'autre les prix des produits augmente de 100% , si le gouvernement est incapable de faire face à ses augmentation et de trouver une solution a cette inflation injustifiée ?ils veulent un soulèvement ou quoi
 
 
#16 soinia 03-11-2011 01:04
Le probleme soulevé merite une anylise plus approfondie et meme un debat. Augmenter les salaires de 80 a 120 pc avec effet retroactif de 2 a 5 ans est une insulte et demontre une gestion du pays catastrohyque depuis des decennies.
Mais il y a un sujet tabou dont personne ne parle, ni les syndicats ni les partis ni les elus ni les medias publiques ou privés. Il s'agit du mysterieux Fonds Special de Retraite alimenté par le budget de l'etat c'est a dire les contribuables et destinés a payer des pensions royales a ce qu'on appelle les Cadres de la Nation . Il est vrai que comme tous les anciens cadres et elus de tous les partis sont concernés, ils preferent ne pas en parler.
Quel media aura le courage de ns devoiler et de nous faire connaitre les tenants et les aboutissants de ce Fonds sana fond.
Le journal Liberté peut etre!!!!!!!!!!! !!
 
DIlem
DILEM DU 19 OCTOBRE  2014
Galerie Agrandir
CONTRECHAMP
video

LIBERTE MOBILE
Bannière
Voir toute La rubrique

Dernières infos