Foot / Dossiers sportifs

Il a décidé d’écarter 11 joueurs avant le match du Cameroun

Alcaraz : des changements pour survivre

© Zeahani/ Liberté

Sommé par la FAF d’inverser la tendance des résultats et d’améliorer la qualité de jeu des Verts, sous peine d’une résiliation de contrat au mois de novembre prochain, le coach national Lucas Alcaraz a choisi d’opérer une “petite révolution” dans son effectif pour tenter visiblement de sauver sa peau. En effet, en perspective de la rencontre face au Cameroun, Alcaraz a effectué 11 changements par rapport à la dernière débâcle contre la Zambie. Mehdi Jeannin (Clermont Foot), Brahim Boudebouda (MCA), Youcef Atal (KV Kortijk), Ilias Hassani (Cherno More Varna), Adam Ounas (SS Napoli), Adlène Guedioura (Middlesbrough FC), Idriss Saâdi (RC Strasbourg), Nabil Bentaleb (FC Schalke 04), Riyad Mahrez (Leicester City FC) et Islam Slimani (Leicester City FC) et l’ancien capitaine Carl Medjani (Sivasspor) sautent de la liste au profit de Feghouli, Ferhat, Belfodil, Cadamuro, Chafaï, Bendebka, Darfalou, Moussaoui, Meziane, Bedrane et Farès. Soit une équipe complètement remaniée. Même s’il s’agit là que d’un match amical, sachant que les deux équipes sont éliminées de la course au Mondial, Alcaraz prend des risques considérables, d’autant plus que les changements touchent les trois compartiments de jeu de la sélection algérienne. Ces changements devraient du reste déboucher sur un onze new look contre le Cameroun avec, notamment, une défense rectifiée, un milieu touché et une ligne d’attaque complètement chamboulée. La question est de savoir donc si ces nouveaux sélectionnés pourront s’imposer dans l’équipe et provoquer le déclic tant attendu dans des conditions difficiles à Yaoundé. En pleine tourmente, Alcaraz a été désigné coupable suite au rendement médiocre des Verts contre la Zambie, au point où des membres du bureau fédéral de la FAF ont réclamé son limogeage immédiat avant que le président Kheireddine Zetchi n’arrache in extremis un sursis jusqu’au mois de novembre. “Je ne peux pas nier que je ne suis pas content des résultats de l’EN”, concède le président Zetchi qui admet qu’une “séparation à l’amiable est envisageable dans le cas où la spirale des mauvais résultats se poursuivrait à l’issue des deux rencontres contre le Cameroun et le Nigeria”. Des informations prêtent même l’intention à Zetchi de préparer un successeur de qualité pour réparer au plus vite son erreur de casting. “Zetchi sait que les jours d’Alcaraz sont comptés en Algérie, même le coach national l’a compris, notamment après les dernières déclarations du ministre et du président de la FAF. Cela sent clairement la séparation, reste juste à négocier le deal”, souligne un membre du bureau fédéral de la FAF qui estime que le “sursis accordé à Alcaraz n’est en fait qu’une façon de se donner le temps de chercher un bon successeur”. Un sursis qui risque même d’être écourté en cas de nouvelle déconvenue à Yaoundé.  


S. L.