Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

Foot / Dossiers sportifs

Pour lui, sa première sortie médiatique a été tactique et psychologique

Belloumi : “Rajevac a voulu d’emblée impressionner la galerie pour espérer travailler en paix”

Toujours à l’écoute de l’actualité des Verts dont il demeure l’élément le plus capé avec 138 sélections, Lakhdar Belloumi juge “riche en enseignements” le discours de Milovan Rajevac, inaugural de sa prise de fonctions.
Pour notre consultant de choix, Rajevac a certainement été briefé sur ce qui s’était passé tout au long du passage de Vahid Halilhodzic à la tête de la sélection.
“Il a assurément été informé sur la manière avec laquelle la presse algérienne exerce des pressions sur l’équipe nationale et son sélectionneur. Il a également dû être alerté sur le degré d’attachement des supporters algériens à leur sélection”, estime un Belloumi “pas surpris” pour autant.
“C’est là où réside justement le rôle clé de son interprète personnel. Comme il dit ne maîtriser ni le français, ni l’anglais, encore moins l’arabe, il ne comprend même pas les questions qu’on lui pose. Il ne sera, de ce fait, pas vraiment atteint par ce qui se dira ou s’écrira à son propos”, dira l’inoubliable numéro 10.
Et d’argumenter : “Sa première devant la presse, c’est comme si Rajevac la voulait en guise d’avertissement envers les médias afin qu’ils le laissent tranquille. En acceptant le challenge, il savait pertinemment qu’il ne pouvait pas demander du temps ou que l’on soit patient avec cette sélection qui lui a été remise clés en main ! Avec sa grande expérience au Ghana, il sait qu’en Afrique, rien n’adhère à une certaine logique comme ailleurs sur la planète football”.
Attentif à tout ce qu’a dit l’ancien patron technique des Black Stars, le Ballon d’or continental 1981 pense que “Rajevac doit certainement appréhender la difficulté du groupe des éliminatoires de la Coupe du monde duquel a hérité l’Algérie, mais il ne peut pas le dire”.
“C’est pour cela qu’il a, à mon humble avis, laissé croire à l’assistance qu’il n’ambitionnait pas seulement de se qualifier à ce Mondial 2018, mais plutôt à en atteindre les demi-finales ! À l’entendre, les supportaers diront : ça, c’est un discours de coach ambitieux qui connaît ses capacités et qui sait où il veut arriver ! Dès lors, il faudra le laisser travailler et ne pas lui réserver le même traitement médiatique que ses prédécesseurs. Il a fait montre d’un sens tactique médiatico-psychologique assez poussé. Sur ce plan, sa première sortie a été parfaitement réussie. Reste maintenant à voir si les résultats suivront”, conclut, lucide, Lakhdar Belloumi.


R. B.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER