Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

Foot / Dossiers sportifs

Medouar Abdelkrim, député FLN et porte-parole de l’ASO

“C’est quoi 800 DA/mois pour un supporter ?”

À l’instar de tous les clubs professionnels qui ont décidé de revoir à la hausse les prix du billet des stades, l’ASO n’est pas restée en marge de cette décision. «Le billet du stade en 1990 était de 200 DA, moi-même je l’achetais pour voir mon équipe, l’ASO. 26 ans après, il n’y a pas eu une augmentation conséquente. À Chlef, le billet du stade est toujours fixé à 200 DA, on a appliqué cette tarification lors de notre premier match cette saison face à l’USB. Avec le retrait progressif des policiers, une politique qu’on est en train d’encourager et d’accompagne sur le terrain, cela passe inexorablement par des sacrifices bien sûr ! Lors de ce match face à Biskra chez nous, j’ai engagé 183 stadiers pour assurer la sécurité autour et dans l’enceinte du stade, le tout encadré par un commissaire qui vient de partir en retraite et qu’on a engagé justement pour nous encadrer ces stadiers. On a enregistré près de 100 entrées, alors qu’un stadier nous revient à 2000 DA. Avec un billet de 200 DA, on n’arriverait même pas à couvrir les frais des stadiers, alors on a été obligé de piocher dans notre propre budget de fonctionnement pour payer les 183 stadiers. C’est une situation des plus paradoxales, la situation va encore empirer lors des prochains jours, car les supporters vont revenir en force au stade pour continuer à payer 200 DA le billet, c’est insignifiant. L’augmentation des billets du stade est une question incontournable, on doit passer par là pour équilibrer nos dépenses. Tout a été augmenté, sauf le billets du stade. Où va-t-on comme ça avec cette politique d’autruche ? Le temps est venu pour que chacun prenne ses responsabilités. Le football est un spectacle, et les gens doivent payer pour voir ce spectacle, même si parfois le niveau n’est pas à la hauteur. On n’y peut rien, c’est à l’image de tout. Je n’arrive pas à comprendre comment un citoyen n’arrive pas à payer 600 ou 800 DA par mois, soit l’équivalent de deux matchs à voir sur son stade, c’est très insignifiant, il faut que les gens s’impliquent en payant leur billet, ils doivent contribuer à la vie de leur club en s’acquittant tout simplement du billet, c’est tout”, nous dira Abdelkrim Medouar qui saisit cette opportunité pour s’adresser à ses fans en les invitant à revenir au stade et de payer leur billet. “Les présidents de club vivent le calvaire, ils doivent se plier en quatre pour trouver l’argent, équilibrer le budget et payer tout le monde. Croyez-moi, ce n’est pas facile tout ça, surtout avec cette mentalité de gratuité qui doit disparaître, on n’a pas pourtant réclamé un billet à 100 euros, à Chlef, c’est juste 200 DA. C’est quoi 200 DA ? Le temps est venu pour que ces gens-là changent de comportement afin de participer à la gestion du club par leur apport lors des rencontres qu’on joue chez nous”, conclut le député FLN de la ville de Chlef.


R. A.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER