Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

Foot / Dossiers sportifs

Le stade envahi dès les premières heures du JOUR

Des supporters en or à Blida

Les matches de l’équipe nationale constituent un véritable événement sur tout le territoire national. Hier, les camarades de Mahrez ont donné rendez-vous à leurs fans au “stade du peuple”, Mustapha-Tchaker, à l’occasion du premier match des éliminatoires du Mondial-2018. Depuis l'année 2008, cette enceinte sportive est devenue le jardin préféré de la sélection nationale, qui le lui rend de fort belle manière.
L’Algérie avait, notamment, réalisé deux qualifications de suite en Coupe du monde (2010 et 2014) et compte faire la passe de trois en décrochant le fameux sésame pour l’édition de Russie-2018. Mais à chacune des sorties des Fennecs, les supporters sont soumis à un calvaire.
Pour pouvoir s’offrir une place dans les gradins pour vivre en live les péripéties des camarades de M’bolhi, les fans sont soumis à un véritable parcours du combattant. L’organisation draconienne pour cet événement limite les déplacements des supporters, qui doivent se présenter très tôt au stade et attendre l’ouverture des portes pour pouvoir y accéder et y prendre place. Certains d’entre eux ont passé la nuit aux alentours de l’enceinte sportive. Ils étaient venus de tous les coins du pays par bus, véhicules privés, à pied. Ils arboraient tous les mêmes couleurs, et avaient un même objectif, soutenir les Verts pour passer l’écueil des Lions indomptables.
Le grand amour que vouent les supporters à leur équipe nationale est légendaire. Le fameux “One, two, three, viva l'Algérie” retentit dans chaque coin de la ville de Blida, qui devient, à chacune des sorties des Verts, la capitale de l’équipe nationale. Toutes les wilayas du pays sont représentées à travers les immatriculations des véhicules, qui ont sillonné les rues de la ville des Roses, provoquant un énorme bouchon, notamment aux heures de pointe.
Certains supporters sont arrivés avant même le lever du soleil, à l’image de ce Tlemcénien qui ne cache pas sa fierté de voir une des stars de l’équipe nationale, Riyad Mahrez en l’occurrence, originaire de sa ville. “Je suis de la ville de Remchi à Tlemcen. Je suis là pour supporter l’équipe nationale. Mais je déplore la mauvaise organisation qui nous oblige à venir très tôt pour pouvoir arracher une place. Nous avons souffert pour entrer au stade.
On demande une meilleure organisation. Il y a des supporters qui sont là depuis 4h et 6h. D’autres ont même passé la nuit à la belle étoile près du stade du peuple”, dira ce supporter, qui affirme, néanmoins, qu’il ne “regrette pas d’être venu”. Dès les premières heures du jour, les premiers fans se trouvaient déjà devant le stade.
À 13h25, les organisateurs ont décidé d’ouvrir les portes pour permettre au public d’y accéder. Il y a eu presque une demi-heure de retard, et c’est sans surprise que les travées du stade Mustapha-Tchaker se sont remplies en quelques minutes. Huit heures avant le match, le stade était quasiment plein. Cependant, il faut dire que tout le monde était unanime à dire que ce n’était pas normal d’obliger les supporters à venir plusieurs heures avant l’entame de la rencontre.
Plus de douze heures sans eau, sans nourriture et impossible de quitter sa place même pour aller faire ses besoins, de peur de ne
plus retrouver sa place. “L’organisation de cette joute n’est pas prise au sérieux. On ne respecte pas les supporters. Je suis venu de Mascara et je suis là depuis 6h du matin. Je lance un appel au président de la FAF, Mohamed Raouraoua. Je veux lui dire que l’équipe nationale est la propriété de toute l’Algérie, pas uniquement de Blida. On demande à Raouraoua de faire une rotation pour que l’équipe nationale puisse jouer à Oran, à Constantine, à Annaba et dans tous les stades du pays”, a déclaré ce supporter.
Malgré l’organisation trop rigide, les supporters algériens ont répondu présent et ont offert une ambiance des grands jours. Le stade Mustapha-Tchaker a accueilli, hier, la 21e sortie officielle de l'équipe nationale et rien n’a changé dans le domaine de l’organisation. Mais pour les fans, tout est supportable, pourvu qu’ils assistent à un nouvel épisode de l'histoire dorée du football algérien avec une deuxième qualification de rang au Mondial. “Jamais deux sans trois”, c’est le souhait des Algériens dans leur nouvelle campagne de qualification pour le Mondial-2018 en choisissant d’évoluer à Tchaker. On veut perpétuer la tradition.

M. A


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER