Foot / Dossiers sportifs

Il a été finalement repêché

Ghoulam, le signe d’un apaisement

Bien que logique, sportivement parlant, eu égard à ses performances monstrueuses avec son club, aussi bien en Série A italienne qu’en Champion’s League, la convocation de Faouzi Ghoulam pour le déplacement à Yaoundé sonne plutôt comme un signe d’apaisement et un appel au calme de la FAF à l’intention du contingent, majoritaire, de professionnels à la double nationalité. Le raz-de-marée provoqué par l’annonce de la non-convocation du trio Mahrez-Slimani-Bentaleb et le risque éventuel de rupture avec les professionnels semble, ainsi, avoir obligé la FAF à faire machine arrière dans le “dossier Ghoulam’’. Au moment où une sanction disciplinaire à son encontre était prévue après l’incident de l’accrochage verbal avec Kheireddine Zetchi à l’issue de l’humiliante défaite face à la Zambie à Constantine, le défenseur-latéral gauche de Naples a, à ce sujet, été retenu le plus normalement du monde dans le groupe qui entre aujourd’hui en stage pour préparer le choc face au Cameroun, dans le cadre de la 5e journée des éliminatoires de la Coupe du monde 2018.Voulant certainement éviter de remuer le couteau dans la plaie et prouver que la mise à l’écart de Ryad Mahrez, Islam Slimani et Nabil Bentaleb était principalement d’ordre disciplinaire, la FAF de Zetchi a tendu la perche à Ghoulam comme pour se justifier à l’égard de l’opinion publique et placer le volet sportif et compétitif comme critère de choix suprême. Or, tout le monde sait que le sociétaire du Napoli était dans le collimateur de Zetchi qui, au final, a fait preuve de retenue et de sagesse en le “laissant’’ dans le groupe, question probablement de ne pas ouvrir un autre front qui pourrait le fragiliser davantage dans un avenir proche.                              

   R. B.