Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

Foot / Dossiers sportifs

Quand sport et politique ne font pas bon ménage

Ghrib prend en otage Sonatrach

© Liberté

Tel un monstre qu’elles ont enfanté et qui est devenu, depuis, incontrôlable, Omar Ghrib fait désormais office d’indétrônable tête d’affiche d’un Mouloudia d’Alger victime de ces inexplicables interférences politiques. Jamais peut-être un président du MCA n’avait autant nourri la controverse, déchaîné les passions haineuses et donné une aussi morbide image du doyen des clubs algériens. Poussant le bouchon de l’indécence jusqu’à s’en prendre publiquement à Sonatrach, l’intarissable source financière qui permet au Mouloudia de mener un train de vie tout aussi indécent, Ghrib se serait-il, toutefois, permis de diluer autant de venin dans sa bile s’il ne jouissait pas autant d’une certaine protection “d’en haut” ?
C’est que lui-même se vante de ce parrainage qui l’enveloppe d’une regrettable immunité qui a rendu même l’état-major de Sonatrach quasi inoffensif. Sa dernière pique envers les hautes sphères dirigeantes de la multinationale pétrolière et le manque de tact de cette dernière ont, d’ailleurs, confirmé cette protection dont on soupçonne le haut patronage en contact direct avec le cercle présidentiel d’El-Mouradia. Sinon comment expliquer que les dérives langagières à répétition de celui qui se déclare “le seul patron au MCA” soient restées impunies, conférant même à son auteur un plein pouvoir aussi insultant qu’inquiétant ? Plus que l’image de marque du club qui en pâtit, c’est aussi et surtout la crédibilité du mastodonte pétrolier Sonatrach qui s’en trouve altérée. Le géant énergétique qui assure au plus grand pays du continent africain presque 99% de ses ressources financières se trouve, ainsi, incapable de remettre à sa place un ancien détenu, analphabète bilingue, qu’un grossier accident de l’histoire a propulsé sur le devant de la scène dans une Algérie du football où l’échelle des valeurs semble s’être inversée. Mais si Ghrib demeure le parfait exemple de l’enfant illégitime né du mariage forcé entre la détérioration des mœurs dans le football algérien et l’interférence de la mafia politico-financière, d’autres “illustres” personnages du circuit national doivent une partie de leur longévité “dans le milieu” à des “protecteurs” nichés dans les hautes sphères du pouvoir. En dépit d’un inédit mouvement de contestation, de marches populaires et d’une caravane conduite par d’anciennes gloires du club, Mohand Cherif Hannachi continue, ainsi, de présider aux destinées d’une JS Kabylie qui n’était, pourtant, jamais tombée aussi bas.
À l’aube du nouveau millénaire, l’ancien président du Mouloudia d’Oran, Youssef Djebbari, avait également déjoué tous les plans de destitution de l’opposition grâce au concours de son ami, wali de la ville, Kouadri Mostefaï, et son bras exécutif de l’époque, l’ancien chef de Sûreté de wilaya, Mokrani.
Dire alors que les interférences politiques pérennisent le règne maffieux des semblables de Ghrib équivaudrait, en fait, à défoncer une porte ouverte. “En cas d'interférence politique, la FIFA interviendra, quelle que soit la taille du pays”, avait déclaré un jour Sepp Blatter, rappelant que “dans les statuts de la FIFA, il est clairement stipulé que les interférences politiques ne sont pas tolérées”.
Sortant de la bouche même d’un responsable qui a baigné dans la corruption jusqu’au cou, il est clair que ce n’est certainement pas en Algérie que ceux qui tirent les ficelles et manipulent la marionnette Ghrib seront pris de remords face au crime envers le football qu’ils sont en train de cautionner.  


R. B.

 


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER