Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

Foot / Dossiers sportifs

Estimant que l’EN n’aura pas droit à l’erreur

Haddou : “L’urgence est de nommer un sélectionneur”

Pour l’ancien défenseur international Haddou Moulay, “dire que le groupe dont a hérité l’EN est très très difficile ne serait pas vraiment original.” “On ne présente plus le Nigeria et le Cameroun qui sont des nations mondialistes. La Zambie a tout récemment remporté une CAN. Ça va être donc très difficile de terminer premier de cette poule très relevée”, relève, à ce sujet, l’ex-arrière gauche buteur, pour lequel “le fait de recevoir lors de la première journée est certes un avantage, mais sans plus !” “Je ne le souhaite évidemment pas, mais imaginez un instant si notre EN venait à perdre ses deux déplacements suivants ? Le pire scénario serait de se faire ainsi distancer d’emblée, sans parler du traumatisme psychologique que cela provoquerait”, craint, en effet, notre interlocuteur, d’accord toutefois pour confirmer que “sur le papier, nous avons la meilleure équipe.” “Personnellement je me méfie énormément de l’orgueil que peuvent avoir les grandes nations du football comme le Nigéria et le Cameroun. D’autant plus que sur un match, tout peut se passer, notamment en Afrique où le contexte est souvent déterminant dans le résultat final”, dira Haddou Moulay, avant d’enchaîner : “Le Nigéria ne s’est pas qualifié aux deux coupes d’Afrique 2015 et 2017, mais sa sélection est constituée de certaines individualités qui peuvent faire la différence. Elle possède de bons joueurs évoluant en Europe qui peuvent nous créer beaucoup de problèmes.” Et de renchérir : “Nous sommes logiquement favoris, mais le doute subsiste toujours. Aux joueurs de démontrer cela sur le terrain, notamment à domicile où l’on doit faire le plein pour espérer ensuite imposer notre loi à l’extérieur. Ce qui est certain, c’est que dans ce genre de poule très relevée et, raison supplémentaire, dans la course à la coupe du monde, le droit à l’erreur n’est pas permis. Gérer match par match serait alors la meilleure approche à adopter.” Toujours aussi lucide dans ses interventions et analyses, l’ancien capitaine des Verts a, en parallèle, tenu à “relever ce qui parait être une anomalie.” “L’urgence est de recruter un sélectionneur, et vite ! Nous sommes déjà très en retard. Ces éliminatoires commencent au mois d’octobre. Et ma foi, octobre, c’est déjà demain”, prévient-il.


R. B.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER