Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

Foot / Dossiers sportifs

Virée dans les tribunes du stade de SÉtif lors du choc ESS-JSK

“Le foot, c’est pour les pauvres…”

“Le foot, c’est pour les pauvres, car on sait que les riches accèdent au stade gratuitement”. Tel est le message adressé par les supporters sétifiens à travers un graffiti inscrit sur le mur de l’enceinte du 8-Mai 1945 de Sétif, voilà une dizaine de jours. Un message qu’ils ont de nouveau scandé et affiché publiquement cette fois sur une banderole où ils dénoncent la mesure prise par les instances footballistiques du pays pour ce nouvel exercice 2016-2017 de porter le prix des billets d’accès au stade à 500 DA, alors que l’année dernière on payait entre 200 et 300 DA. Une mesure qu’on avait tenté d’expliquer par les nouvelles charges sur le dos des clubs en embauchant des stadiers pour faire face au retrait des agents des services de police de la sécurité dans les stades. Ceci dit, aussi étrangement que cela puisse paraître, le clasico entre l’ESS et la JSK de cette saison a enregistré la pire affluence de son histoire, car même dans les moments difficiles traversés par les deux clubs les plus titrés sur le plan national, les rencontres entre Sétifiens et Kabyles, que ce soit au stade du 1er-Novembre de Tizi Ouzou ou à Sétif, se sont déroulées pratiquement à guichets fermés. La preuve, la recette du match d’avant-hier n’a même pas dépassé les 30 millions de centimes dont une partie vient des fans kabyles qui se sont rendus au stade du 8-Mai 1945. Si certains ont, en effet, estimé que ce boycott s’explique par l’insécurité dans les stades, notamment après la décision du retrait des services de police des stades et les violences enregistrées durant les tout premiers matchs du championnat, il reste cependant que la grande majorité de l’opinion sportive du côté de Aïn El-Fouara est unanime à affirmer que la hausse du prix des billets est la principale raison qui a poussé les fans à bouder le stade. “Oui, payer 500 DA dans un stade où tu ne trouves même pas le service minimum est inconcevable à mon sens”, nous a dit Fateh B., un fonctionnaire de 42 ans et supporter de l’ESS, que nous avons rencontré le lendemain du match. “Je ne suis pas allé au stade hier (samedi ndlr) où pourtant il y avait une belle affiche entre l’ESS et la JSK. Franchement, je ne vais pas débourser 500 DA en n’ayant même pas un siège décent où m’asseoir et regarder à l’aise un match de football. J’aime mon équipe. Je ne rate aucun match depuis presque 10 ans surtout ici au stade du 8-Mai 1945. Personnellement, je ne peux pas cautionner cette décision de la hausse du prix des billets. C’est à l’État et aux clubs de payer les stadiers et non pas des poches du simple citoyen-supporter qui attend le week-end pour venir assister aux matchs de son équipe. Ceux qui ont pris cette mesure doivent revoir leur copie, sinon ça risque d’empirer à l’avenir”, ajoute notre interlocuteur qui renchérit ironiquement : “J’ai assisté à un match du Barça au Camp Nou. J’ai payé, certes, 38 euros  (presque 5000 DA) mais rien ne manquait. J’ai eu même le droit de se déplacer gratuitement au stade par le métro. Une fois sur place, je n’ai trouvé aucun souci pour trouver ma place numérotée alors qu’il ne restait que 5 minutes avant le début de la partie : il n’ y a pas photo!”.


F. R.

 


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER