Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

Foot / Dossiers sportifs

Kheïreddine Madoui, entraîneur de l’ESS

“Le joueur africain va beaucoup apporter”

Liberté : Le bureau fédéral de la FAF vient de lever l’interdiction sur le recrutement des joueurs étrangers, notamment ceux qui viennent de l’Afrique sub-saharienne. Que pensez-vous de cette mesure ?
Madoui Kheireddine :
Je pense que c’est une très bonne chose pour le football national qui en a grandement besoin, dans la mesure où on a senti leur absence ces dernières années, sauf qu’il ne faut pas ramener n’importe qui. Il faut cibler les joueurs qui ramènent un plus et peuvent tirer vers le haut le niveau du championnat. Dans tous les championnats du monde, vous trouvez des joueurs étrangers qui prennent part à ses championnats, le football est ainsi fait, on ne peut pas rester en marge de ce qui se fait ailleurs. Je pense que cette nouvelle mesure prise par la FAF contribuera à donner à notre championnat un sang neuf, il faut que les futurs joueurs qui viendront renforcer nos équipes soient de vrais internationaux ou avoir déjà porté les couleurs des équipes nationales au niveau des jeunes catégories, c’est une condition sine qua non pour ne recruter que la qualité.

A priori, cela vous a emballé ?
Bien sûr, cela fait de longues années que je suis sur les terrains de football, je connais la valeur de nos joueurs et ceux qui nous viennent d’Afrique, je sais de quoi je parle, cela ne veut pas dire que nos joueurs sont faibles, non ce n’est pas ça, mais les vrais internationaux africains ramènent souvent une plus-value à notre championnat. Je vais peut-être vous surprendre, moi je suis favorable à ce qu’on ramène des jeunes joueurs africains et les former ici jusqu’à ce qu’ils atteignent la catégorie séniors, ils ont de la qualité. Actuellement, notre milieu de terrain, Tam Bang, Amada, Andréa de l’USMA, Manucho du CSC, sont en train de faire de belles choses sur le terrain, ils ont démontré de très dispositions techniques, physique et tactiques, ils ont ramené ce plus attendu d’eux en aidant nos joueurs, on ne peut se passer des services de ces joueurs qui ont signé de très belles performances.

Mais, on a constaté que des équipes ont ramené des joueurs qui n’ont absolument rien apporté. Que préconisez-vous ?
Il faut durcir les critères et mettre en place les conditions adéquates pour que nos clubs ne ramènent pas n’importe qui. Je suis totalement d’accord avec vous, ce n’est pas évident que tout ceux qui sont passés par là ont ramené ce plus, non, il y a des joueurs qui n’ont rien à voir avec notre championnat, ils n’ont pas le niveau requis, c’est à la FAF de mettre en place les critères nécessaires pour justement éviter ça, les clubs aussi doivent joueur leur rôle et éviter de recruter n’importe qui.

Nos clubs profitent du passage de certains joueurs dans notre championnat pour les transférer en Europe moyennant une forte prime de transfert. Ne doit-on pas encourager cette approche pour renflouer les caisses de nos clubs ?
C’est sûr, rappelez-vous l’Ivoirien Serey Die qui a fait un passage chez nous à l’Entente, il est devenu capitaine d’équipe de la Côte d’Ivoire et vient de remporter la CAN 2017 avec son pays. Il y en d’autres chez des équipes comme la JSK, l’USMA, ou le MCA qui ont déjà transféré des joueurs africains en Europe, il faut juste trouver l’oiseau rare, investir sur lui et le revendre à prix fort à un club européen. D’ailleurs même eux nous disent qu’ils sont là pour rebondir et tenter par la suite une expérience dans le vieux continent. Nos clubs doivent à l’avenir chercher le bon profil, qui recèle des grandes potentialités afin de l’aiguiser ici et le transférer ensuite vers l’Europe, c’est une bonne chose pour les clubs qui doivent songer à s’autofinancer désormais et le transfert des joueurs africains fait justement partie de cette stratégie d’autofinancement.

Entretien réalisé par : Rachid Abbad


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER