Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

Foot / Dossiers sportifs

Le gâchis de la saison

MCA : 50 milliards pour une piteuse 12e place !

La saison 2015-2016 n’a valu que par son sacre en Coupe d’Algérie. Là aussi, il faudra dire que le tirage au sort a été clément pour le Mouloudia d’Alger, qui n’avait pas eu sur son chemin de grosses cylindrées, sauf en finale face au NAHD. Mais le parcours de l’équipe phare de la capitale en championnat a tout simplement frôlé la catastrophe. Et pour la deuxième année consécutive, le Doyen des clubs algérois a joué pour le maintien et évité de justesse la relégation, alors que le club a un des plus gros budgets du football national. Avec, au moins, 50 milliards de centimes de budget, le MCA réalise l’un des plus catastrophiques parcours de la Ligue 1. Seules quatre équipes ont fait pire, les trois relégables (ASMO, RCA et USMB) ainsi que le RCR, le premier non relégable. Le budget de ces quatre formations réuni n’arrive même pas aux deux tiers de ce que dépense le Mouloudia durant toute la saison. Pis, les Vert et Rouge doivent une fière chandelle aux autres équipes, qui lui ont évité une dernière journée couperet. La réalité du terrain fait que les Vert et Rouge n’ont dû leur salut en Ligue 1 qu’au succès de la… JS Saoura face à l’USMB lors de l’avant-dernière journée. Car dans le cas contraire, le MCA aurait eu une mission très compliquée face à l’ES Sétif lors de la 30e et dernière journée. Finalement, le Doyen avait le soin de se mettre définitivement à l’abri grâce aux Sudistes, qui ont, certes, cherché une qualification historique à la CAF Champions League, mais leur objectif coïncidait avec le sauvetage du Mouloudia. Une énième saison à mettre aux oubliettes et qui ne vaut que par cette consécration en Coupe d’Algérie. Contrairement à la saison dernière où le MCA a réalisé une “remontada” extraordinaire pour se maintenir et n’avait besoin d’aucun coup de main pour le faire, cette année l’équipe algéroise n’a rien fait pour se sauver. Ce sont les autres qui ont fait le travail pour elle et les chiffres confirment que le MCA n’a pas brillé cette saison en championnat. Certes, avec 8 défaites seulement en 30 matches, le Mouloudia fait partie des équipes qui ont le moins perdu cette saison. Mais en parallèle, l’équipe ne gagne pas souvent et se contente de matches nuls. Avec 14 résultats de parité, le Doyen a perdu des points dans presque la moitié des rencontres qu’il a livrées durant toute la saison. 28 buts seulement inscrits en 30 matches, soit une moyenne de moins d’un but par rencontre, fait du Mouloudia l’équipe qui possède le plus faible rendement offensif. Seules trois équipes ont fait pire, dont deux ont rétrogradé. Même le RC Arbâa, qui a déjà fait ses adieux à la Ligue 1 ou le RC Relizane, qui était menacé de relégation, ont inscrit beaucoup plus de buts que le MCA. Ayant terminé la phase aller à la 3e place avec 24 points, le Mouloudia a réalisé une deuxième partie de saison des plus négatives. En effet, l’équipe n’a récolté que 14 points seulement sur 45 possibles avec deux victoires seulement contre cinq défaites et huit matches nuls, dont cinq à domicile. Les camarades de Hachoud n’ont inscrit que 8 petits buts en 15 rencontres lors de la phase retour, dont cinq en deux matches (3 face au CSC et 2 face à l’ESS). Et lorsqu’on voit qu’une équipe a été malmenée par le RC Arbâa (1-3), la question se pose : méritait-elle son maintien ? Disons que le MCA n’a eu son salut qu’à une première phase du championnat où il avait récolté un maximum de points. C’était le scénario contraire vécu lors du précédent exercice où le club phare de la capitale avait terminé la phase aller avec 11 points seulement. Son parcours lors de la deuxième partie d’exercice lui a permis de figurer parmi les ténors de l’élite. Les dirigeants du vieux club algérois ne semblent pas retenir les leçons. Mais avec l’arrivée de Menad à la barre technique, il devra certainement se rendre compte que le contingent qui compose l’équipe est très limité pour espérer ne pas reproduire d’aussi médiocres parcours. Le nouvel entraîneur du MCA connaît déjà le problème lorsqu’il a déclaré que l’attaque de l’équipe est faible. Alors il faudra aux dirigeants penser dès maintenant à mettre le paquet pour recruter les meilleurs dans ce domaine.


M. A.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER