Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

Foot / Dossiers sportifs

Moussa SaÏb

“Oui, mais ils doivent répondre à des exigences”

©D. R.

L’ex-capitaine de la JS Kabylie, Moussa Saïb, estime que la levée d’interdiction des joueurs étrangers est une bonne chose pour le niveau du championnat national. “En tant qu’ancien joueur professionnel, je ne peux que soutenir cette décision”, dira Moussa Saïb, et d’ajouter : “En principe, on ne peut pas empêcher un club professionnel de recruter des joueurs étrangers, tous les clubs pro du monde entier fonctionnent de la sorte. Je n’ai d’ailleurs pas raté l’occasion de critiquer l’ancien bureau fédéral après la décision d’interdire le recrutement des joueurs étrangers”, fait-il savoir. L’ex-sociétaire de l’AJ Auxerre est favorable à la non-limitation du nombre d’étrangers par club. “Je me demande d’ailleurs pourquoi on en limite le nombre. Deux joueurs, c’est peu à mon avis. Moi je dirais qu’il faut en autoriser trois, voire quatre. Certains évoquent le problème de payement, mais c’est aux clubs d’assumer leurs responsabilités. Donc, c’est aux clubs d’assumer leur engagement et veiller à offrir aux étrangers un cadre professionnel et un paiement régulier”, dira Saïb. Contrairement à ceux qui favorisent le recrutement de joueurs étrangers, d’autres spécialistes du domaine n’hésitent pas à critiquer cette démarche car, selon eux, cela pourrait nuire au talent local, mais Saïb voit les choses sous un autre angle. “Au contraire, les joueurs étrangers n’ont jamais été un handicap pour le développement du football local ou un obstacle pour les joueurs locaux. Si on renforce nos équipes par des étrangers, c’est pour donner du tonus et de la qualité de jeu aux clubs”, indique l’ex-joueur de la JSK. “J’ai évolué dans un monde de professionnels, et croyez-moi que la présence des joueurs de différentes nationalités crée une concurrence saine. En plus, en Algérie, on a opté pour deux joueurs seulement, et je me demande en quoi cela pourrait gêner le joueur local si ce n’est de pousser l’ensemble de l’équipe à réaliser de bons résultats. Mais il ne faut pas ramener n’importe qui. Il faudra engager des éléments étrangers qui remplissent des critères importants”, explique notre interlocuteur, qui estime que l’apport des étrangers pourrait s’avérer une ressource financière importante dans l’avenir, en cas de transfert : “Il se pourrait que cela rapporte de l’argent à nos clubs. Mais le plus important actuellement est d’avoir des joueurs qui aident plus les équipes à progresser et à atteindre des résultats meilleurs, surtout pour les clubs qui disputent des compétitions internationales. Là aussi il faut aller du principe à ne pas limiter le nombre. Si certains clubs disposent de plus de moyens que d’autres, alors ils pourront recruter plus. Ajoutez à cela que certains clubs souhaitent avoir plus de joueurs étrangers que d’autres, c’est légitime et cela fait partie du professionnalisme.”

A. I.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER