Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

Foot / Dossiers sportifs

Recruté à coups de milliards à l’intersaison

Un gâchis nommé Sayoud

Le milieu de terrain de l’USMA Amir Sayoud continue à collectionner les mauvaises notes. Jeudi dernier, à l’occasion du déplacement de l’équipe à Bel-Abbès, il n’a été que l’ombre de lui  même lors des 45 minutes disputées, confirmant ainsi sa mauvaise intégration au sein des Rouge et Noir. Recruté au prix fort (on parle de plus de 2 milliards de centimes pour le rachat de sa lettre de libération) en provenance du DRBT, l’USMA misait beaucoup sur lui au point de penser lui confier le jeu des Rouge et Noir. Autrement dit, aux yeux des dirigeants, Sayoud était destiné à devenir le maître à jouer de la formation de Soustara, surtout qu’il avait accompli une saison remarquable avec le DRBT (29 matches joués et 7 buts marqués). Mais ses prestations n’ont convaincu aucun des entraîneurs ayant succédé tour à tour à la barre technique du club. À commencer par Jean Michel Cavalli. Ce dernier, ayant remplacé Amrouche au pied levé, a carrément zappé le joueur qui n’a fait que de brèves apparitions sous sa coupe. La relation entre les deux hommes étaient compliquées. “Ils ne s’adressaient pas la parole”, révèle une source proche du club. Les observateurs se posaient la question sur cette mise à l’écart de Sayoud. Pourtant, un joueur de sa trempe pouvait aisément contribuer à améliorer le jeu de l’équipe. Certains avaient même pensé que Sayoud était victime d’une “hogra” de la part de Cavalli. Le départ de l’ex-sélectionneur national allait ouvrir une nouvelle ère à Sayoud, surtout avec l’avènement de Paul Put à la tête de l’encadrement technique. Adepte du jeu court et du tiki takka, Sayoud avait toutes les chances de redevenir un titulaire indiscutable dans l’équipe, mais il a vite fini par décevoir le technicien belge. Celui-ci a évoqué son cas et les raisons qui font de lui un remplaçant. Explication de Paul Put : “J’ai parlé avec Sayoud. Il n’y a pas de doute, c’est l’un des meilleurs techniciens en Algérie. Il a énormément de talent et de capacité. Mais cela n’est pas suffisant pour correspondre avec ma manière de jouer, portée sur le jeu offensif, dédoublement, permutation et pression sur le porteur du ballon. Alors, il doit s’adapter aussi à des choses qu’il n’a pas l’habitude de faire. Je lui ai dit clairement que s’il n’est pas habitué à travailler avec un entraîneur qui demande beaucoup à l’entraînement, ce sera difficile de suivre. Je lui fais comprendre clairement ce que j’attends de lui à l’entraînement. Maintenant, j’attends de lui qu’il s’adapte au plus vite à ma méthode de travail et à ma stratégie de jeu.” Les dires de Put se sont confirmés face à l’USMBA. Sayoud a réalisé une première mi-temps catastrophique. Raison pour laquelle Put avait décidé de le remplacer par Beldjalili. Avec 334 minutes de jeu (2 fois titulaire cette saison) et une seule réalisation, Amir Sayoud est loin de constituer une bonne affaire pour un club engagé sur tous les fronts cette saison. C’est dire que le joueur en question n’a pas d’autres choix que de redoubler d’efforts pour hisser son niveau et permettre à son équipe d’enchaîner les performances.

N. T.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER