Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

Foot / Edito foot

Edito foot

Avec ou sans Belaïli, l’USMA a l’étoffe d’un champion

©AFP

Au-delà de l’exploit d’Omdurman qui ouvre grandes les portes de la finale pour cette vaillante formation de l’USM Alger, c’est la prestation d’ensemble empreinte d’héroïsme qu’il faut avant tout relever à l’issue de cette première manche des demi-finales de la Ligue des champions d’Afrique. Dans des conditions franchement pénalisantes avec la défection d’un stratège aussi important que Belaïli, la blessure précoce de l’autre meneur de jeu, Beldjilali et surtout un début catastrophique dans la rencontre, les Rouge et Noir ont vite repris du poil de la bête pour d’abord revenir dans le match avant de tuer les débats en seconde période. La note aurait été du reste plus salée pour les Soudanais n’était le manque de lucidité en fin de match des attaquants algérois. Le coach surprise, Hamdi, qui a visiblement bien étudié le jeu direct et long d’Al-Hillal, a encore une fois marqué des points. Il a su doter son équipe d’un jeu alerte qui a fait mouche depuis le début de la phase des poules. Ce n’est pas par hasard que l’USMA cumule jusque-là, six victoires en sept matches joués. Hamdi doit aussi une fière chandelle à son gardien Zemmamouche, auteur d’une sortie remarquable hier et d’arrêts décisifs dont un penalty en seconde période. Mais l’apport du coach Hamdi ne s’arrête pas là. Il a su aussi et surtout mettre en place un groupe homogène, percutant qui puise sa force de la cohésion du groupe. Depuis son arrivée, l’USMA, qui faut il le rappeler, il y a à peine trois mois jouait le maintien en championnat, a mûri, Ouled El-Bahdja ont grandi et se sont surtout affranchis d’une “starmania” qui a longtemps miné le groupe. Hier, sans Belaïli et Beldjilali, l’USMA est encore une fois sortie vainqueur d’un match de haut rang. C’est la preuve qu’avec ou sans ses coqueluches, l’USMA a l’étoffe d’un champion !

S. L.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER