Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

Foot / Edito foot

CAF

Hayatou assure ses arrières

Au moment où les accusations de corruption tous azimuts pourrissent la vie du président de la Fifa, Joseph Blatter, au point de le pousser à jeter l’éponge, trois jours seulement pourtant après avoir été réélu par le congrès de la puissante confédération mondiale, le président de la CAF, Issa Hayatou, ne se soucie guère des soupçons qui pèsent pourtant également sur lui. Au milieu de la tempête de la Fifa, le patriarche du football africain décide de renouveler l’accord de partenariat entre la Confédération africaine de football et la société de marketing Sport Five jusqu'en 2028. “Sport Five va continuer à commercialiser les droits média et marketing de la CAF pour toutes les éditions de ses compétitions majeures en Afrique, notamment la Coupe d'Afrique des nations, le championnat d'Afrique des nations et la Ligue des champions CAF”, annonce la confédération continentale.
Du coup, les observateurs s’interrogent sur l’opportunité d’une telle prolongation de contrat, surtout pour une durée aussi longue, sachant qu’Issa Hayatou, dont les accointances avec Sport Five sont aujourd’hui avérées, doit justement remettre son mandat en jeu en 2017, en marge de la Coupe d’Afrique des nations.  
Après avoir assuré pour les besoins évidents de Sport Five, trois éditions de la CAN (2017, 2019 et 2021) en Afrique centrale, Hayatou met son éventuel successeur devant le fait accompli et s’assure surtout de la manne de sa réélection.
N’aurait-il pas été plus judicieux de reporter les discussions à ce sujet jusqu’aux prochaines élections de la CAF afin de couper court à des spéculations naissantes et de plus en plus persistantes, quelques jours seulement après avoir été cité parmi les personnes dans le collimateur de la justice américaine pour les votes suspects des Mondiaux 2018 et 2022 ? L’homme qui dit n’avoir été ni inquiété ni entendu dans le cadre de l’enquête du scandale de la Fifa aurait dû s’éviter une nouvelle polémique, quitte à froisser ses sponsors.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER