Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

Foot / Edito foot

Edito foot

La pire moyenne des points récoltés et des buts marqués !

A  vrai dire, la Ligue de football professionnel (LFP) a bien fait de ne pas prévoir des récompenses individuelles de fin de saison, à l’image du meilleur joueur de la saison, car tout simplement il n’y en a pas ! Il est en effet difficile de dégager un talent performant tout au long de la saison, dans un championnat rongé par la médiocrité et l’inconsistance. Les chiffres parlent d’eux-mêmes, les statistiques algériennes sont bien en deçà, comparativement de celles des voisins d’Afrique du Nord, d’Europe et d’Asie. C’est la pire moyenne des points récoltés et de buts marqués, révèle une analyse faite par le supplément sport de Liberté que nous publions dans l’édition d’aujourd’hui ! Que ce soit en Tunisie, au Maroc, en République tchèque ou en Suisse pour ne citer que ceux-là, les données sont autrement plus consistantes. Du coup, il n’est pas étonnant de voir la sélection nationale s’éloigner du produit local au profit d’une importation massive des joueurs, certes algériens, mais formés ailleurs, notamment en France. Même le meilleur du championnat n’a pas dépassé la barre des 15 buts, soit l’une des plus faibles moyennes dans le monde. “Le problème en Algérie, c’est qu’on ne prend pas le temps de construire : les dirigeants, tout comme les joueurs, et même les supporters cherchent à briller vite. L’instabilité fait des ravages et c’est l’ennemi numéro un de la performance”, souligne le coach français du CRB, Alain Michel, dont la collaboration du reste prend fin au bout de moins de deux ans. “La performance, qu’elle soit individuelle ou collective, requiert de la patience et de l’investissement. C’est un projet qui se prépare, loin de toute improvisation. Or, en Algérie, certains promettent beaucoup, sans rien préparer au préalable”, explique encore Alain Michel. Et la léthargie est bien partie pour durer !


S. L.   


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER