Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

Foot / Edito foot

Élections de la FIFA

L’Algérie n’est pas obligée de suivre le mot d’ordre de la CAF

©Liberté

Lors de sa dernière réunion tenue samedi à Kigali, en marge de la phase finale de la Coupe d’Afrique des locaux, le comité exécutif de la CAF a décidé d’apporter son soutien au candidat Shaikh Salman Bin Ibrahim Al Khalifa, actuel président de la Confédération asiatique de football et vice-président de la FIFA, pour les élections de la FIFA, le 26 février. Cependant, la CAF n’a pas omis d’apporter également une précision ô combien importante, à savoir que les fédérations africaines gardent leur libre choix au moment du scrutin. “Tout en respectant le principe démocratique, la souveraineté et la latitude de chaque association membre de voter pour le candidat de son choix, le comité exécutif invite toutes les 54 associations membres de la Confédération africaine de football à réserver leurs suffrages au Shaikh Salman Bin Ibrahim Al Khalifa lors de l’élection à la présidence de la FIFA du 26 février 2016 à Zurich.” Cette nuance de taille nous amène du coup à nous interroger sur l’utilité de cette orientation de la CAF, sachant déjà que beaucoup de pays africains ne se sentent franchement pas obligés de la suivre à la lettre. En effet, et c’est là un secret de Polichinelle, l’Italien Gianni Infantino, l’un des favoris de ces élections, a effectué un gros travail de campagne électoral dans le continent africain. Il a visité du reste beaucoup de pays, dont l’Algérie. Le Soudan du Sud comme exemple s’est déjà démarqué de la CAF en annonçant publiquement son soutien à Gianni Infantino dans la course à la présidence de la FIFA. Quand on connaît le réservoir de voix que compte l’Afrique, à savoir 54 sur 209, il va sans dire que les bulletins secrets africains peuvent être déterminants. À ce titre, nous apprenons de source sûre que la fédération algérienne n’a pas l’intention de lever le voile d’ici le 26 février sur ses intentions de vote. Le secret sera gardé sur le favori algérien, mais rien ne dit que la FAF, dont le président Mohamed Raouraoua est membre du comité exécutif, va imiter le choix de la Confédération africaine.

S. L.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER