Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

Foot / Edito foot

JS Kabylie

Le souk de “Da Moh Chérif”

Le président de la JS Kabylie, Mohand Chérif Hannachi, change de ton et surtout de discours. Après avoir crié sur tous les toits que “la JSK n’est pas à vendre” comme s’il s’agissait d’une propriété privée et au mépris de la nouvelle loi sur le professionnalisme qui oblige les clubs de football à ouvrir le capital aux investisseurs publics et privés, “Da Moh Cherif” fixe enfin son prix : c’est 20 milliards de centimes, payé rubis sur l’ongle, pour tout potentiel acquéreur du club algérien le plus titré de l’histoire du football algérien. C’est une brèche qui s’ouvre donc après une période de nihilisme absolu, presque fatale pour la JSK, sauvée par deux fois d’une relégation quasi certaine. Il ne reste donc qu’à ouvrir officiellement le capital du club à la vente des actions pour espérer l’arrivée d’un nouveau bailleur de fonds au sein du club kabyle, laminé par une grave crise financière, à l’instar, du reste, de la majorité des clubs algériens. En attendant donc que Hannachi ouvre son souk, car il faut bien que l’acte suive l’intention, ce qui n’est pas du tout évident si on se réfère à ses promesses multiples non tenues, ouvrons une parenthèse pour poser deux questions corollaires à sa dernière proposition : la première concerne le montant de 20 milliards de centimes. Hannachi n’explique pas en effet par quel jeu de calcul il a sorti cette évaluation. A priori, elle semble bien en deçà de la valeur historique d’un club de la trempe de la JSK, c’est en effet quasiment un prix insignifiant pour un industriel qui a pignon sur rue, ou deux à trois commerçants qui s’amuseraient à amasser cette somme pour s’offrir le “Jumbo JET”. C’est une évaluation qui ne repose surtout sur aucun critère objectif et comptable en ce qui concerne le patrimoine matériel et immatériel de la JSK, ce qui laisse supposer que Hannachi a sorti ce chiffre aléatoire juste pour absorber une colère grandissante au sein des supporters à la suite du début catastrophique de l’équipe en championnat, en attendant l’arrivée d’un soutien financier “d’en haut”. D’ailleurs, à bien réécouter l’intervention, magistralement orchestrée par la radio nationale avec des questions pour le moins que l’on puisse dire arrangeantes, Hannachi a eu ce lapsus révélateur. “L’État doit aider la JSK et il va nous aider”, lâche-t-il, ce qui laisse entendre que les pouvoirs publics vont intervenir pour renflouer les caisses de la JSK, comme ils l’ont fait notamment pour le MCA et l’USMA par l’entremise de Sonatrach et du groupe ETRHB. Vous attendez la deuxième question, eh bien elle est simple : ce montant dérisoire n’est-il pas fait justement pour ouvrir la voie à un parrainage de la JSK, pour la laisser sous le joug…  ?


S. L.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER