Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

Foot / Edito foot

Stade du 5-juillet

Le temple gâché

© D.R.

L’on est loin, très loin, de la superbe maquette du futur stade du 5-Juillet, exposée en grande pompe en 2013 par les deux ministres de la Jeunesse et des Sports et de l’Habitat, parée d’une nouvelle tribune et surtout d’une magnifique toiture, revêtant au temple des Verts des allures du vélodrome de Marseille. En raison d’une crise économique naissante, les pouvoirs publics décident de geler plusieurs projets dont la troisième et la quatrième étape de l’opération de rénovation entamée en mars 2014, qui consistaient en l'extension des tribunes et la couverture toiture de toute l'enceinte. Le chantier se limitera du coup à la rénovation des tribunes endommagées et la pose d’une nouvelle pelouse. Cout de l’opération 6 milliards de DA, soit près de 50 millions d’euros, c'est-à-dire quasiment la moitié du budget consacré par les responsables de la Juventus pour la construction du nouveau stade de Turin (110 millions d’euros). Cherchez l’anomalie. Pas la peine d’être un clerc pour comprendre que la surfacturation est passée par là. Pis encore, au fil du temps, les Algériens s’aperçoivent que les travaux de rénovation effectués par l’entreprise chinoise CSCEC (tribunes) et la société française Vegetal Design (pelouse), s’apparentent de plus en plus à des travaux de vendange. Complètement rénovée, la pelouse du 5-Juillet a viré en une saison à peine en un véritable champ de patates pour des raisons obscures. Travail bâclé et entretien délaissé, les spécialistes pointent du doigt les responsables du 5- Juillet coupables de légèreté et surtout les services du MJS, qui n’assument pas leur rôle de surveillance. Au train où vont les choses, une nouvelle enveloppe devrait être sacrifiée pour refaire la pelouse, la troisième (le cas échéant) en l’espace de huit ans. Un record. Dans une récente enquête, le supplément sport de Liberté avait du reste démontré que le coût total de l’ensemble des travaux de rénovation effectués au stade du 5-Juillet depuis les années 80 dépasse le coût de la construction de l’Emirates Stadium (Arsenal) (530 millions d’euros) ou du stade Donbass Arena qui se trouve dans la ville ukrainienne de Donetsk (270 millions d’euros). Inauguré le 17 juin 1972, le stade du 5-Juillet, la partie la plus importante du complexe olympique Mohamed-Boudiaf, d’une capacité maximale de 80 000 personnes, n’en finit pas de susciter la polémique autour des travaux interminables de rénovation et surtout des coûts exorbitants engendrés. Les sommes faramineuses dilapidées dans ces travaux auraient pu servir, en effet estiment les observateurs, à construire au moins deux autres stades de la même dimension.Pour comprendre l’étendue du gâchis et du gouffre financier suscité, il faut remonter au tout début des années 1980, période durant laquelle le temple a connu ses premiers travaux de rénovation avec, notamment, la pose d’une nouvelle pelouse en gazon naturel à la place de la pelouse synthétique et sa mise en conformité aux normes de sécurité. Puis vint en 2003 le séisme du 21 mai qui a nécessité des travaux de réfection et la réduction de la capacité du stade à 76 000 places. En 2008, la société hollandaise Queens Grass est chargée une nouvelle fois de changer la pelouse et la rénovation du stade. Les travaux traînent jusqu’à 2009 avec à la clé un scandale qui traînera l’ancien directeur de l’OCO, Rachid Zeroual, en justice avant d’être récemment acquitté. Coût de la rénovation : 110 millions de dinars. Cependant, à l’occasion d’un certain match amical entre l’Algérie et la Bosnie-Herzégovine en novembre 2012, les Algériens découvrent l’arnaque. Avec un temps pluvieux, la pelouse se transforme en champ de patates sous les guiboles de joueurs algériens humiliés par un tel triste spectacle.
La société néerlandaise engagée pour le renouvellement de la pelouse sera poursuivie en justice et le directeur du complexe olympique Mohamed-Boudiaf (OCO), Noureddine Belmihoub, est limogé par le ministère des Sports. Le stade est à nouveau fermé, la pelouse est vite rafistolée, le stade rouvre, mais nouveau scandale : le 21 septembre 2013, une partie des gradins du stade s’effondre, causant le décès de deux supporters de l’USMA. C’est alors que le ministre des Sports de l’époque, Mohamed Tahmi décide enfin de prendre les choses vraiment en main. L'entreprise chinoise CSCEC est chargée du remplacement des dallettes des gradins supérieurs. C’est la première étape d’un grand projet qui s’étalera jusqu'à 2017, selon les prévisions de la tutelle. La 2e étape concerne la pose d'une nouvelle pelouse. “Tous les caniveaux ont été refaits à neuf, permettant un drainage parfait. Une fois que la nouvelle pelouse sera posée, il n'y aura plus de risque d'engorgement”, a rassuré le chef de projet, pour éviter de nouveau le scandale de la rencontre Algérie-Bosnie-Herzégovine. Coût de l’opération : 50 millions d’euros.


S. L.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER
Commentaires
1 réactions
Mehdi1 le 31/10/2016 à 20h50

Ces responsables tous des traitres, stades plus chère que partout au monde, autoroute plus chère que partout au monde, etc......................Mais que fait cette justice, il n'y à pas de gens intègre dans ce pays pour enquêter? Messieurs les juges, messieurs les responsables vous serez les premiers à être jugé ne l'oubliez pas et je vous plains.

Commentaires
1 réactions