Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

Foot / Edito foot

Edito foot

Plus jamais ça !

Les images on ne peut plus claires sur le trucage du match de Ligue 2 CRBAF -ASK (0-1) ont finalement obligé la commission de discipline de la Ligue de football professionnel (LFP) à rouvrir le dossier, après l’avoir bâclé dans un premier temps. À trop vouloir se débarrasser vite d’une affaire encombrante, sans prendre le soin de diligenter une enquête sérieuse et approfondie, la commission présidée par Hamid Haddadj, qui aurait pu au moins accorder du crédit au témoignage du joueur Souakir, a fini par être démasquée par des images amateurs prises à partir d’un téléphone mobile et relayées par des chaînes de télévision privées. Bon gré, mal gré, il va falloir désormais rectifier le tir sous peine de se voir complètement désavouée et discréditée.
À en croire le président de la LFP, Mahfoud Kerbadj, déjà en campagne pour les prochaines élections de la LFP, des décisions sévères sont attendues à l’issue de la réunion prévue aujourd’hui. Les deux clubs incriminés pourraient du coup perdre leur place en Ligue 2 afin d’en faire un exemple.
Mais pas seulement, les officiels de cette tragédie, à savoir le délégué et le trio d’arbitres, sont également passibles de lourdes sanctions pour avoir dissimulé la vérité dans leurs rapports respectifs afin de faciliter justement le bidonnage du dossier. Ils sont du reste tout aussi responsables que les joueurs et les dirigeants des deux équipes de cette mascarade qui a lourdement porté atteinte au football algérien. À l’image de ce qui s’est passé récemment au Maroc avec la rétrogradation de deux équipes pour avoir combiné une rencontre de football, la LFP doit s’affranchir d’un prétendu vide juridique, comme le suggère Kerbadj, pour laver l’affront et sauver la crédibilité, du moins ce qui reste, des instances dirigeantes du football.


S. L. 


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER