Foot / Edito foot

Edito foot

Tricherie tous azimuts

“Si vous n’écrivez rien sur ce qui s’est passé samedi dans les stades d’Algérie, c’est que vous êtes complices.” Plutôt avenant et courtois, le jeune m’interpelle en pleine rue à Alger-Centre avec une certaine amertume qui en dit long sur la mascarade footballistique de la veille au stade du 5-Juillet lors du clasico de pacotille, MCA-JSK. “Ils nous ont offert un spectacle désolant que j’ai suivi avec beaucoup de tristesse sur une chaîne d’un pays du Golfe dont l’animateur passait son temps à fustiger cette parodie du football, cette façon honteuse d’arranger le résultat d’une rencontre au vu et au su de tout le monde. C’est pitoyable, je suis triste pour mon pays”, enchaîne-t-il toujours sur le même ton acrimonieux. Sur la Toile, les commentaires sur le fait que le résultat du match a été arrangé entre les deux parties, foisonnent. Les joueurs du MCA, notamment, ont entendu du reste en fin de match des vertes et des pas mûres, le peuple, du moins celui du football, n’est pas dupe. La tricherie n’a que trop duré. Hier, du côté de la LFP, comme du côté de la nouvelle direction de la FAF, c’est le silence radio. La combine, comme le trucage des urnes, est désormais ancrée dans les mœurs. Cependant, le plus désolant dans cette affaire, c’est l’impuissance des pouvoirs publics à réagir face à ces scandales à répétition. Ce n’est pas la première fois qu’un match est combiné dans notre pays, ce ne sera pas le dernier, notamment à l’approche de la fin de la saison. Le pire est sans doute à venir. Le MJS, si prompt à forcer le destin quand il s’agit d’élire tel ou tel président de fédération au nom du respect de la réglementation, ne bougera évidemment pas le petit doigt pour réclamer des comptes. La tutelle imitera encore une fois l’autruche dans sa fascinante capacité  à éluder ce qui crève l’écran. Pourtant, le rôle de l’État est de mettre le holà au moment opportun aux affaires de corruption d’arbitres, d’accusation de marchandage de matches et de violence dans les stades. Et non pas de coopter un président de fédération et le jeter ensuite dans la gueule du loup…