Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

Foot / Edito foot

Edito foot

Un problème d’ordre public !

L’image de “Constantine, capitale de la culture arabe 2015” a été inéluctablement écorchée par ces scènes de hooliganisme, largement relayées hier matin par la presse, au lendemain de la confrontation entre le CSC et le MCA. À l’image des “supplices” affligés à la stèle érigée en mémoire à l’une des figures de proue de la culture locale et nationale, en l’occurrence l’imam Ben Badis, les supporters du CSC, visiblement mécontents des résultats de leur équipe favorite, n’ont ménagé personne. Tout le monde est passé à la trappe, les deux bus des deux protagonistes ont été caillassés. Bilan : des blessés de part et d’autre, et heureusement plus de peur que de mal, notamment chez les joueurs mouloudéens, pris pour cible par un jet nourri de pierres sur la route du retour. Des images qui tournent en boucle du reste sur la Toile, rappelant le cauchemar vécu par les Verts à proximité de l’aéroport international du Caire un certain 12 novembre 2009. À la seule différence que lors de l’épisode malheureux cairote, les policiers égyptiens ont laissé faire alors que le service d’ordre mobilisé au stade Hamlaoui de Cirta et de ses alentours, était tout simplement… passif. Sinon comment expliquer qu’une bande de 40 énergumènes parvienne à semer la vigilance des gardiens de la paix pour ensuite s’en prendre à deux bus “officiels” du MCA et du CSC sans que cela suscite une intervention rapide et musclée. Le prétexte de l’obscurité ambiante autour du stade Hamlaoui (et ceci est un autre problème à régler au plus vite évidemment) ne saurait de toutes les façons dédouaner l’indulgence des policiers, plus enclins à traiter avec les hooligans qu’à faire parler la langue de la répression alors que ces mêmes policiers n’accordent — jamais — aucun répit aux manifestants de la démocratie algérienne, que cela soit dans les rues d’Alger, de Constantine, de Tizi Ouzou ou d’ailleurs !


S. L.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER