Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

editorial / ACTUALITÉS

Des ambiguïtés à lever

Il n’est jamais trop tard pour bien faire. C’est ce que l’on est tenté de dire à l’annonce par la présidence de la République de l’instruction adressée par le chef de l’État au Premier ministre, dans laquelle il lui demande de préparer un texte de loi criminalisant le racisme et le régionalisme.

Les propos abjects tenus par un directeur de la culture à l’endroit d’une des figures du combat libérateur contre le colonialisme seraient-ils la goutte qui a fait déborder le vase et qui a amené les autorités à agir avant qu’il ne soit trop tard ? Certes, la coïncidence de ces deux faits est de nature à inciter à croire que la réaction des autorités est étroitement liée à la sortie gravissime du cadre de l’État en question. Le fait que le concerné soit immédiatement sanctionné par son ministère de tutelle, qui s’est clairement démarqué de son impardonnable incartade, renforce en tout cas le sentiment que la patience des hautes autorités a atteint ses limites face à la multiplication de propos et autres publications, notamment sur les réseaux sociaux, véhiculant une incommensurable haine envers des personnalités, groupes de personnes ou carrément des régions du pays. Mais il reste que le contenu du communiqué de la Présidence recèle des ambiguïtés qui jettent le doute sur les intentions de l’Exécutif, à ce sujet.
Que veut dire la Présidence lorsqu’elle explique que le texte en préparation vise à “faire face à ceux qui exploitent la liberté et le caractère pacifique du hirak (mouvement populaire) pour brandir des slogans portant atteinte à la cohésion nationale” ? N’est-ce pas que les promoteurs du discours de la haine et du racisme sont connus de tous les Algériens. N’est-ce pas précisément cette indulgence des gouvernants du moment, dans une tentative de briser la révolution citoyenne, qui a encouragé ces individus à poursuivre leur sale besogne de division de la société au vu et au su de tous ? Ces agités de la République ont, des mois durant, déversé, sans discontinuer, leur fiel sur leurs concitoyens dans l’indifférence totale des autorités.
Tout le monde sait aussi que les véritables ennemis de cette cohésion nationale que l’on veut tant protéger comptent précisément parmi les détracteurs du hirak. Le mouvement populaire, bien au contraire, a réussi à ressouder les rangs du peuple et à donner une image d’une incroyable clarté quant à la prédisposition des Algériens au vivre-ensemble. Aux gouvernants d’assumer une bonne fois pour toutes leur part de responsabilité.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER