Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

editorial / ACTUALITÉS

Du système et de ses appendices

Cela fait neuf longs mois que les Algériens battent le pavé à travers le pays et dans différentes capitales occidentales pour faire partir le système en place, sans, pour le moment, parvenir à vraiment faire bouger les lignes. C’est que l’ancien-nouveau pouvoir a le secret pour remobiliser ses troupes, recroquevillées sur elles-mêmes des mois durant et presque réduites au silence par le mouvement populaire. Il aura suffi d’une simple résolution du Parlement européen, au demeurant non contraignante, sur les atteintes aux droits de l’Homme en Algérie, pour que le régime, poussé dans ses derniers retranchements par la population, tente une résurrection de ses satellites dormants, en criant au loup. Certes, l’impact de la levée de boucliers de la clientèle traditionnelle du système, le bras médiatique acquis à la cause aidant, reste, tout compte fait, négligeable. Mais l’opération aura permis aux organisations gravitant autour du système, et qui en constituaient même par moments les appendices, de se réveiller d’un long sommeil forcé, sous les coups de boutoir de la “révolution du sourire”. Isolé du peuple qui a réduit presque à néant les sorties sur le terrain des membres du gouvernement et contraint les candidats à la présidentielle à mener leurs activités dans le cadre de la campagne électorale sous haute protection policière, le pouvoir tente de ranimer ses affidés qui, sans trop de conviction, exécutent l’indigne besogne d’aller à la rescousse d’un système finissant. C’est que ce dernier a toujours existé à travers la multitude de formations politiques, d’organisations de masse, d’associations fantoches, qui ont, en fait, constitué sa devanture politique et véhiculé ses idées et ses projets. Et comme c’est une question de vie ou de mort pour le régime qui les a nourries, au sens propre et figuré, il était de leur intérêt de ressortir du bois pour voler à son secours. Toute cette cohorte de laudateurs et de suppôts avait servi sous le règne chaotique du président déchu en agissant comme de bons soldats, toujours au garde-à-vous, tout en se tenant prêts à tout pour être à la hauteur des vœux du maître du moment. Et c’est visiblement ce vieux réflexe courtisanesque qui ressurgit aujourd’hui chez ces entités vomies par le peuple. Ce dernier, connaissant le degré de nuisance de ces satellites sur la société, n’a eu de cesse, depuis le début du mouvement populaire, de réclamer, à raison d’ailleurs, leur dissolution, considérant qu’ils font partie intégrante d’un système dont il demande le départ. 


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER