Pour contacter la Rédaction Web de "Liberté" écrivez à cette adresse : redactionweb@liberte-algerie.comPour contacter la rédaction nationale (version papier)de "Liberté" écrivez à cette adresse : info@liberte-algerie.comSuivez-nous sur Twitter : @JournalLiberteDZ Suivez-nous sur Facebook:www.facebook.com/JournalLiberteOfficielChaque édition de la version papier (articles et PDF) est mise en ligne sur le site à 10h (GMT+1) et cela depuis le 05 octobre 2011
Editorial Samedi, 07 Juillet 2012 09:50 Facebook Imprimer Envoyer Réagir

Gloire

Par : Mounir B.

Et Caracalla mit sur les épaules du Président cette cape bariolée. Une sorte de manteau levantin sorti de l’imaginaire d’un chorégraphe libanais qui nous envoya un message désolant : ce 5 Juillet ne fut pas la fête du peuple mais bien une célébration à la gloire d’une seule personne.
Depuis des mois, on a cru que le Cinquantenaire allait être grandiose. Ceux qui s’inquiétaient du retard à l’allumage ont été convaincus que l’Algérie, et son État si prompt aux célébrations nationales, allait bien se ressaisir et nous offrir quelque chose de majestueux. D’intemporel. Un anniversaire qui allait marquer une rupture. Comme un nouveau départ d’une Algérie fière de son passé, tournée vers des lendemains qui chantent et qui peut regarder les autres en face, comme un fellaga regardait la mort avec le sourire.
Ce qui nous a été servi était indigeste. Le peuple a été convoqué à coups de milliards et de feux d’artifices chinois (il faut reconnaître que ce sont les meilleurs pour vous enfumer). Il a été prié de danser, de chanter, de klaxonner et de crier la joie d’une liberté retrouvée et qu’on veut consacrée. Depuis des mois, alors que la France assassinait notre mémoire une seconde fois en exhumant ses harkis et ses pieds-noirs, dans leur version d’une vision néocolonialiste du 5 Juillet 1962, les Algériens se préparaient à faire la démonstration de leur début de maturité. Car 50 ans, c’est tout de même jeune dans la biologie d’une nation.
Il n’en fut rien. Dans le zèle démonstratif des gardiens de la monarchie républicaine qu’on est devenu, le bilan de l’Algérie s’est confondu avec celui du président de la République. On semblait fêter la treizième année du recouvrement de la souveraineté présidentielle au lieu d’un Cinquantenaire ! Pourquoi ont-ils fait ça ? Pourquoi le Président s’est prêté à ce jeu ingrat visant à le glorifier au lieu de commémorer les chaînes brisées d’un peuple, quasi absent des festivités ? Pourquoi nous a-t-on infligé ce spectacle sorti du brainstorming de ceux qui voulaient défendre un bilan politique au lieu d’une identité retrouvée ?
Des questions qui vont s’évaporer comme la fumée d’un pétard. Le 5 Juillet est passé. Nous sommes indépendants n’en déplaise aux nostalgiques des deux bords. Nous sommes les martyrs réincarnés car leur sang a arrosé nos joies. Ceux qui sont morts pour que nous vivions ne méritaient pas ça.

 

Commentaires 

 
#9 Barhoum 07-07-2012 22:59
C'est le couronnement de Jean Bedel Bokassa empereur de Centrafrique. Pire que cela ....walou ça n'existe pas ........A la gloire d'un homme, d'un système, d'un régime ...tout y est sauf la commémoration du 5 juillet.
 
 
#8 didou 07-07-2012 15:35
Citation en provenance du commentaire précédent de jef:
et si on arrête de se lamenter à longueur d"année. il faut savoir ce que l'on veut et bouger au lieu de parler.

depuis 62 les gens bougent mais ils se rendus compte qu'ils font du surplace parce qu' aujourd'hui il y a deux algéries celle qui avancent et qui vit et celle qui recule.ne sent le bâton que celui qui a reçu un coup pour ne pas dire une bastonnade pour rien c'est un adage populaire alors chante rossignol il y aura toujours quelqu'un qui écoutera ton sifflement.
 
 
#7 didou 07-07-2012 13:44
un habit messianique ressemblant plus à ces capes de prêtres orthodoxes de bysances il ne restait que les liturgies du moyen âge pour replanter un décor flash back dans l'histoire.tout le monde s'est biberonné les Chinois avec des pétards interdits par les douanes pour le mouloud.c'est normal qu'il offre une cape pour 09 millions de dollars la nuit. mon rêve de fêtes c'était de voir tous ces
ALGERIENS dans une communion une espèce d'osmose générale fêter ce grand jour venu des ténèbres de l'histoire pour jaillir avec sa lumière sur nos coeurs.hélas mille fois hélas. mes pensées iront à tous ses laissés pour compte des dechra et des douars qui vivent dans les privations le dénuement qui ont porté la révolution dans leurs âmes,qui attendent attendent depuis 50 ans que l'eau l’électricité le transport le médecin arrive.ils sont restés dignes humble silencieux et pensifs avec un regard plein d'amertume sur le passé mais plein d'espoir pour l'avenir de leurs enfants.
 
 
#6 mylion 07-07-2012 13:07
DANS LA TETE DE NOS DIRIGEANT ON N'EST TOUJOURS PAS INDEPENDANT LA PREUVE MEME POUR UNE OPERETTE ON FAIT APEL A DES ETRANGER ,C'EST A DIRE QU'ON NE SAIT RIEN FAIRE NOUS MEME
 
 
#5 jef 07-07-2012 12:43
et si on arrête de se lamenter à longueur d"année. il faut savoir ce que l'on veut et bouger au lieu de parler.
 
 
#4 sami 07-07-2012 12:21
le drame continue , on a un peuple qui est kamikaze , on ne veu pas vivre autant de mourir , voyant ici ou à l'étranger , on a tous dedans un hagar ou mahegour , tous fils de payasans mais une fois le costume on s'oublie d'ou nous sommes venu, et puis les ahrkis ou terroriste ou voleurs qui détourne des milliards pour moi logiquement ils osnt égaux , en chine ils méritent la mort , ici seul les victimes sont montrer par le doigt , harki on est pas juste , avec eux , car ils étai jeune , c'étai la france la puissance mondial ,si on réconcilie avec nos memes nos ennemis et si nous savons bien l'ennemi de nos amis ce jour la on sera libre ,
 
 
#3 AIT DJOUDI 07-07-2012 11:54
La fête qui vient de se passer quelque part à Alger, fût magnifique et inaccessible. Comment peut-elle être magnifique si elle a été inaccessible ? De la rigolade. La fête destinée à honorer un homme, un seul homme, comme si cet homme fût Robin des bois. L'indépendance quant à elle, elle est a déjà quitté depuis longtemps le territoire national pour s'installer durablement ailleurs. Les jeunes tentent de la suivre par mer, terre et air.
 
 
#2 Benyoucef 07-07-2012 11:08
Contrairement à ce que pense ..., qui vit visiblement sur une autre planète, la crise n’est pas derrière lui mais bien devant lui et elle avance à grands pas, sous des formes diverses, en attendant le tsunami social qui va les emporter lui et son clan de prédateurs cupides et obstinés, dont les abus, méfaits et forfaits se sont multipliés ces dernières années en raison de leur fin de règne pathétique, que des signes forts annoncent.

Lors de la triste opérette du Libanais Caracalla, les Algériens et les Algériennes ont vu un ... pitoyable, comme un clown tragique, qui n’a plus rien à voir avec eux et leur dure réalité quotidienne.
 
 
#1 Amectuh 07-07-2012 10:33
Et ces martyrs, nos martyrs, méritent-ils les vivants que nous sommes, des vivants comme vivent toutes les créatures?

Et j'ai encore honte ce jour-ci, un 05 juillet de tous les rêves pour de grands espoirs pourtant. J'ai honte dans mon être, dans ma peau, j'ai encore plus honte d'être algérien ce 05 juillet 2012.
 
DIlem
DILEM DU 23 OCTOBRE  2014
Galerie Agrandir
CONTRECHAMP
video

LIBERTE MOBILE
Bannière
Voir toute La rubrique

Dernières infos