GAZA: Ban Ki-moon, et le secrétaire d'Etat US, John Kerry, ont annoncé jeudi un cessez-le-feu, accepté à la fois par Israël et par Hamas, de 72 heures et qui débutera vendredi matin à 8 heures locales (GMT+3).GAZA: Jeudi, à midi, plusieurs ministres se sont rassemblés devant l’entrée du Palais du Gouvernement, à Alger, pour observer une minute de silence en signe de solidarité avec les palestiniens de Ghaza. GAZA: Les bombardements ont repris ce jeudi à Gaza, coûtant la vie à une dizaine de personnes.GAZA: La Bolivie place Israël sur la liste des Etats terroristes dans le mondeGAZA: L'armée israélienne a mobilisé 16.000 réservistes supplémentaires ce jeudi, portant leur nombre à 86.000.GAZA: 1.374 Palestiniens, an grande majorité des civils, ont été tués depuis le début de l’agression israélienne (secours)600 lance-flammes, 45 bombes lacrymogènes, 40 tasers, 17 fumigènes et 03 barres de fer, ont été saisis suite à l’interception, dimanche,de deux véhicules par la police judiciaire de Rouiba (DGSN)Pour contacter la Rédaction Web de "Liberté" écrivez à cette adresse : redactionweb@liberte-algerie.comPour contacter la rédaction nationale (version papier)de "Liberté" écrivez à cette adresse : info@liberte-algerie.comSuivez-nous sur Twitter : @JournalLiberteDZ Suivez-nous sur Facebook:www.facebook.com/JournalLiberteOfficielChaque édition de la version papier (articles et PDF) est mise en ligne sur le site à 10h (GMT+1) et cela depuis le 05 octobre 2011
Editorial Samedi, 02 Novembre 2013 09:50 Facebook Imprimer Envoyer Réagir

Maroc Comedy Club

Par : Mounir B

Le sirtaki est une danse populaire grecque qui alterne des pas lents et rapides. Tout dépend du rythme de la musique. Depuis que le Maroc est devenu “la Grèce du Maghreb”, déclaré en faillite par le FMI, il semble bien que la danse s’est accélérée.
L’analogie avec la Grèce, berceau de la sagesse et de la démocratie tout de même, s’arrête là. Le Maroc féodal est entré dans une phase critique. Alors que les institutions et les administrations marocaines sont en faillite, c’est la diplomatie marocaine, assez performante jusque-là dans l’immobilier et les relations publiques, qui fait faillite. Elle, qui a perdu le sens de la mesure depuis longtemps, vient de perdre ce qui fait l’essence de la diplomatie : le sang-froid.
La diplomatie marocaine a connu bien des succès. Il faut lui reconnaître qu’elle a su, depuis Hassan II et plus encore sous Mohammed VI, à vendre une image idyllique du Maroc. Son budget illimité faisait merveille face aux Occidentaux, spécialement les Français, qui succombaient tour à tour aux charmes d’un palais bien décoré, d’un riad à Marrakech, d’une Rachida Dati en tailleur, d’un caftan doré, d’un pur-sang arabe ou d’un gamin de 10 ans. Le marketing politique marocain a réussi même à attirer des stars au Festival du film de Marrakech, détournant les projecteurs des prisons où croupissent des centaines d’opposants politiques, pour la plupart sahraouis, juste bons à gonfler les statistiques des ONG des droits de l’Homme.
La dernière innovation des Marocains a été d’organiser tous les ans le Jamal Comedy Club à Marrakech encore. Sur ce point, la diplomatie algérienne a raté une occasion de s’associer à l’événement. Certes, Abdelkader Secteur était présent, mais on aurait dû, tout de même, envoyer un représentant d’un meilleur rang. Notre ambassadeur par exemple. Au lieu de le rappeler à Alger, pourquoi ne pas l’autoriser à y assister ? Car ce qu’est en train de faire le Maroc est digne d’un sketch de Jamel Debbouze qui donne plus matière à rire qu’à s’indigner. Il faut dire que notre quota d’indignation avec Rabat est épuisé depuis un moment et qu’il faut plaindre notre nouveau ministre des Affaires étrangères qui doit résoudre une question assez simple : comment répondre au ridicule ?
La nouvelle “crise” avec le Maroc peut être réglée. Facilement même. Oublions les Sahraouis qui luttent pour leur liberté depuis quarante ans, mettons les pompes à essence algériennes sous la bannière marocaine, envoyons 10 millions d’Algériens en vacances au Maroc, autorisons les semi-remorques des barons de la drogue marocains à emprunter l’autoroute Est-Ouest, allons chez le notaire pour céder Tindouf, Béchar, Adrar et Chlef et légalisons le mariage pour tous, ainsi nous pourrons construire une UMA fraternelle et resserrée. Très resserrée.

M. B.

 

Ajouter un Commentaire

Charte d'utilisation de
www.liberte-algerie.com

- L’espace des commentaires sur liberte-algerie.com est ouvert à toute personne s’engageant à respecter les présentes conditions générales d'utilisation par l’Internaute

- L’internaute est prié de prendre connaissance le plus régulièrement possible des conditions Générales d'utilisation du site. Il faut savoir que liberte-algerie.com est libre de les modifier à tout moment sans notification préalable afin de les adapter aux évolutions du site et des lois et règlements en vigueur.

- La citation de la marque liberte-algerie.com sur un site Internet tiers ne signifie pas que liberte-algerie.com assume une quelconque garantie et responsabilité quant au contenu du site Internet tiers ou de l'usage qui peut en être fait.

- Tout internaute peut réagir sur le contenu du site

- Les informations fournies à liberte-algerie.com par un Utilisateur lors l’envoi de son commentaire sont communiquées sous la seule responsabilité de cet Utilisateur.

- En envoyant ses commentaires à liberte-algerie.com, l’utilisateur :

- déclare être autorisé à envoyer ses commentaires ;

- autorise liberte-algerie.com à reproduire et représenter, intégralement ou partiellement et à adapter les commentaires sur les services de communication électroniques édités par liberte-algerie.com dans le monde entier.

- liberte-algerie.com a le droit de retirer ou d’interdire l’accès à tout Commentaire contrevenant ou risquant de contrevenir aux lois et règlements en vigueur ou qui ne serait pas conforme aux règles éditoriales du site.

- L'utilisateur est seul responsable de toute utilisation personnelle du contenu ou des commentaires publiés sur le Site.

- liberte-algerie.com n'exerce aucun contrôle quant au contenu des sites Internet tiers. L'existence d'un lien hypertexte entre le site et un site internet tiers ne signifie pas que liberte-algerie.com assume une quelconque garantie et responsabilité quant au contenu du site Internet tiers ou de l'usage qui peut en être fait.

- Dans l'hypothèse où l’utilisateur est une personne physique mineure, il déclare et reconnait avoir recueilli l'autorisation auprès de ses parents ou du (ou des) titulaire(s) de l'autorité parentale le concernant pour utiliser le site. Le (ou les) titulaire(s) de l'autorité parentale a (ont) accepté d'être garant(s) du respect de l'ensemble des dispositions de la charte.

- Les propos incitants à la haine raciale ou religieuse, les appels à la violence, l’utilisation de termes régionalistes, et tout message litigieux ne sont pas acceptés par liberte-algerie.com.

- Veuillez éviter l’excès de propos de type belliciste, morbide ou guerroyeur.

- Les commentaires où on y constate de l’agressivité, de la vulgarité ou de la violence excessive dans le ton, ne sont pas autorisées à être publiés sur le site. Egalement les insultes personnelles entre participants.

- Pas de pornographie, pédophilie, obscénités et grossièretés.

- La répétition de messages identiques ou très voisins n’est pas autorisée

- Tout lien dirigeant vers un site raciste, islamophobe, ou que la rédaction jugera non conforme, sera effacé.
- Les spéculations ou révélations à propos de l'identité de tel ou tel participant ne sont pas tolérées.

- Les tentatives d'usurpation d'un pseudonyme déjà employé ne sont pas tolérées.

- Les messages personnels échangés entre participants ou postés sur d’autres sites ne doivent pas être diffusés sur le site.

- L’usage normal pour publier les commentaires requiert un seul pseudonyme.
- Veuillez poster vos sujets dans les rubriques appropriées du site

- En cas de malentendu persistant avec le médiateur, vous êtes prié de le contacter par email (l’adresse : journal.liberte.dz@gmail.com)

DIlem
DILEM DU 31 JUILLET 2014
Galerie Agrandir
CONTRECHAMP
video

Galerie photos
Le Forum de Liberté a reçu mardi 22 juillet 2014, à 22h, l’écrivain et dramaturge, Slimane Benaïssa. Notre invité a animé une communication sur le thème “La pluralité culturelle, une chance pour l’Algérie”. (Seconde partie)
Le Forum de Liberté a reçu mardi 22 juillet 2014, à 22h, l’écrivain et dramaturge, Slimane Benaïssa. Notre invité a animé une communication sur le thème “La pluralité culturelle, une chance pour l’Algérie”. (Seconde partie)
Galerie Agrandir
LIBAN
Bannière
Bannière
Bannière
LIBERTE MOBILE
Bannière
Voir toute La rubrique

Dernières infos