Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

editorial / ACTUALITÉS

Option risquée

Après avoir occupé le devant de la scène quelques semaines durant et suscité les réactions, des plus sages aux plus violentes, à la polémique autour de l’article 102 de la Constitution semble commencer à s’estomper. Bien qu’elle ait pu sortir les tenants du pouvoir de leur réserve, la revendication portée à bras le corps par certains acteurs politiques n’a visiblement pas trouvé beaucoup de preneurs parmi les autres partis de l’opposition qui redoutent le piège que dissimule une telle option.
Problématique, à première vue, l’attitude d’indifférence, voire parfois d’aversion, affichée par une grande partie de la classe politique vis-à-vis de cette proposition, dénote un certain embarras face au dilemme que comporte cette perspective, à l’évidence risquée autant pour le pouvoir que pour l’opposition. Les formations politiques les plus averties savent, en effet, que la véritable question qui se pose aujourd’hui pour les Algériens en général n’est pas tant celle de la succession à Bouteflika, mais plutôt celle des conditions politiques à réunir pour assurer une compétition électorale honnête et loyale à même d’offrir au pays cette alternative tant espérée à un système en fin de vie.
C’est, sans aucun doute, cette prise de conscience que le recours à l’article en question pourrait se transformer en boîte de Pandore, dont l’ouverture risque de faire regretter à l’opposition son évocation du sujet, qui a amené beaucoup de partis parmi les plus en vue sur la scène à prendre leur distance vis-à-vis du débat sur la destitution du Président. Il est vrai que la question demeure posée quant à la capacité de ces formations à faire face, dans les délais impartis, aux conséquences qui découleraient de l’application de l’article 102, à savoir principalement la présentation d’une alternative électorale sérieuse et solide. Se préparer politiquement, mentalement et matériellement pour une participation à la prochaine présidentielle présente, a contrario, l’avantage d’une meilleure maîtrise du facteur temps.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER