GAZA: Ban Ki-moon, et le secrétaire d'Etat US, John Kerry, ont annoncé jeudi un cessez-le-feu, accepté à la fois par Israël et par Hamas, de 72 heures et qui débutera vendredi matin à 8 heures locales (GMT+3).GAZA: Jeudi, à midi, plusieurs ministres se sont rassemblés devant l’entrée du Palais du Gouvernement, à Alger, pour observer une minute de silence en signe de solidarité avec les palestiniens de Ghaza. GAZA: Les bombardements ont repris ce jeudi à Gaza, coûtant la vie à une dizaine de personnes.GAZA: La Bolivie place Israël sur la liste des Etats terroristes dans le mondeGAZA: L'armée israélienne a mobilisé 16.000 réservistes supplémentaires ce jeudi, portant leur nombre à 86.000.GAZA: 1.374 Palestiniens, an grande majorité des civils, ont été tués depuis le début de l’agression israélienne (secours)600 lance-flammes, 45 bombes lacrymogènes, 40 tasers, 17 fumigènes et 03 barres de fer, ont été saisis suite à l’interception, dimanche,de deux véhicules par la police judiciaire de Rouiba (DGSN)Pour contacter la Rédaction Web de "Liberté" écrivez à cette adresse : redactionweb@liberte-algerie.comPour contacter la rédaction nationale (version papier)de "Liberté" écrivez à cette adresse : info@liberte-algerie.comSuivez-nous sur Twitter : @JournalLiberteDZ Suivez-nous sur Facebook:www.facebook.com/JournalLiberteOfficielChaque édition de la version papier (articles et PDF) est mise en ligne sur le site à 10h (GMT+1) et cela depuis le 05 octobre 2011
Editorial Mardi, 07 Août 2012 09:50 Facebook Imprimer Envoyer Réagir

Vraie réalité et fausse équation

Par : Salim Tamani

Il a assumé les délestages alors qu’il n’en est pas responsable. Noureddine Bouterfa, le P-DG de Sonelgaz, invité hier du Forum de Liberté, a expliqué les raisons des coupures d’électricité notamment en cette période de grandes chaleurs tout en fixant les parts de responsabilité de chaque intervenant dans le domaine. Bien entendu, la hausse de la consommation de l’énergie électrique a été abordée. La climatisation figure parmi les premières causes de l’augmentation de la demande en énergie électrique.
Mais en même temps, les difficultés dans lesquelles se trouve Sonelgaz à l’exemple de l’accès au foncier, la fraude et le piratage ainsi que l’absence de l’investissement sanctionnent durement l’entreprise qui se retrouve, malgré elle, seule, face à la colère des citoyens. Mais, osons la question : qui est réellement responsable de cette situation ? Le citoyen algérien, qui a bénéficié d’augmentations et de rappels de salaire et qui a souhaité goûter au confort, encouragé en cela par les prix pratiqués sur les appareils de climatisation, ou le gouvernement qui a bloqué les investissements prétextant de la sauvegarde de la paix sociale ?
Le problème dans cette équation est que, de toute manière, la paix sociale est de plus en plus compromise par le blocage de l’économie qui reste tributaire des hydrocarbures. Une chute drastique du prix du baril mettra en péril non seulement le semblant de tissu économique existant mais déstructurera également l’équilibre de la société algérienne, désormais habituée à vivre au-dessus de ses moyens.
Dans un système économique tiré par la croissance, on ne peut pas décemment parler d’augmentation de la consommation sans la production. Mais, dans le cas algérien, le débat est complètement faussé. Le gouvernement a lancé plusieurs chantiers dont celui de l’habitat augmentant, de fait, la demande en énergie électrique mais sans permettre à la Sonelgaz de suivre cette évolution. Jusqu’à quand le Trésor public, qui puise sa principale ressource
dans la fiscalité pétrolière, pourra-t-il supporter cette tendance dépensière du gouvernement ? Il faudra se mettre un jour à penser à l’avenir de ce pays en mettant en place les mécanismes d’une économie alternative créatrice de richesses basée sur la concurrence. C’est cela le vrai débat. On ne peut pas, donc, dissocier la Sonelgaz ou un autre groupe public de l’environnement économique d’aujourd’hui qui n’en est pas un. Le dernier recensement de l’ONS l’a bien prouvé.

 

Ajouter un Commentaire

Charte d'utilisation de
www.liberte-algerie.com

- L’espace des commentaires sur liberte-algerie.com est ouvert à toute personne s’engageant à respecter les présentes conditions générales d'utilisation par l’Internaute

- L’internaute est prié de prendre connaissance le plus régulièrement possible des conditions Générales d'utilisation du site. Il faut savoir que liberte-algerie.com est libre de les modifier à tout moment sans notification préalable afin de les adapter aux évolutions du site et des lois et règlements en vigueur.

- La citation de la marque liberte-algerie.com sur un site Internet tiers ne signifie pas que liberte-algerie.com assume une quelconque garantie et responsabilité quant au contenu du site Internet tiers ou de l'usage qui peut en être fait.

- Tout internaute peut réagir sur le contenu du site

- Les informations fournies à liberte-algerie.com par un Utilisateur lors l’envoi de son commentaire sont communiquées sous la seule responsabilité de cet Utilisateur.

- En envoyant ses commentaires à liberte-algerie.com, l’utilisateur :

- déclare être autorisé à envoyer ses commentaires ;

- autorise liberte-algerie.com à reproduire et représenter, intégralement ou partiellement et à adapter les commentaires sur les services de communication électroniques édités par liberte-algerie.com dans le monde entier.

- liberte-algerie.com a le droit de retirer ou d’interdire l’accès à tout Commentaire contrevenant ou risquant de contrevenir aux lois et règlements en vigueur ou qui ne serait pas conforme aux règles éditoriales du site.

- L'utilisateur est seul responsable de toute utilisation personnelle du contenu ou des commentaires publiés sur le Site.

- liberte-algerie.com n'exerce aucun contrôle quant au contenu des sites Internet tiers. L'existence d'un lien hypertexte entre le site et un site internet tiers ne signifie pas que liberte-algerie.com assume une quelconque garantie et responsabilité quant au contenu du site Internet tiers ou de l'usage qui peut en être fait.

- Dans l'hypothèse où l’utilisateur est une personne physique mineure, il déclare et reconnait avoir recueilli l'autorisation auprès de ses parents ou du (ou des) titulaire(s) de l'autorité parentale le concernant pour utiliser le site. Le (ou les) titulaire(s) de l'autorité parentale a (ont) accepté d'être garant(s) du respect de l'ensemble des dispositions de la charte.

- Les propos incitants à la haine raciale ou religieuse, les appels à la violence, l’utilisation de termes régionalistes, et tout message litigieux ne sont pas acceptés par liberte-algerie.com.

- Veuillez éviter l’excès de propos de type belliciste, morbide ou guerroyeur.

- Les commentaires où on y constate de l’agressivité, de la vulgarité ou de la violence excessive dans le ton, ne sont pas autorisées à être publiés sur le site. Egalement les insultes personnelles entre participants.

- Pas de pornographie, pédophilie, obscénités et grossièretés.

- La répétition de messages identiques ou très voisins n’est pas autorisée

- Tout lien dirigeant vers un site raciste, islamophobe, ou que la rédaction jugera non conforme, sera effacé.
- Les spéculations ou révélations à propos de l'identité de tel ou tel participant ne sont pas tolérées.

- Les tentatives d'usurpation d'un pseudonyme déjà employé ne sont pas tolérées.

- Les messages personnels échangés entre participants ou postés sur d’autres sites ne doivent pas être diffusés sur le site.

- L’usage normal pour publier les commentaires requiert un seul pseudonyme.
- Veuillez poster vos sujets dans les rubriques appropriées du site

- En cas de malentendu persistant avec le médiateur, vous êtes prié de le contacter par email (l’adresse : journal.liberte.dz@gmail.com)

DIlem
DILEM DU 31 JUILLET 2014
Galerie Agrandir
CONTRECHAMP
video

Galerie photos
Le Forum de Liberté a reçu mardi 22 juillet 2014, à 22h, l’écrivain et dramaturge, Slimane Benaïssa. Notre invité a animé une communication sur le thème “La pluralité culturelle, une chance pour l’Algérie”. (Seconde partie)
Le Forum de Liberté a reçu mardi 22 juillet 2014, à 22h, l’écrivain et dramaturge, Slimane Benaïssa. Notre invité a animé une communication sur le thème “La pluralité culturelle, une chance pour l’Algérie”. (Seconde partie)
Galerie Agrandir
LIBAN
Bannière
Bannière
Bannière
LIBERTE MOBILE
Bannière
Voir toute La rubrique

Dernières infos